Rois sous la montagne [PV Candice]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Satkaon :: Environs :: Montagne des Razorans
avatar

Feuille de personnages
Faction: Rautt Stjarna
Métier: Leader de Rautt Stjarna
Pouvoirs:
Importé
Importé
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 60
Date d'inscription : 28/01/2017
Localisation : Satkaon
MessageSujet: Rois sous la montagne [PV Candice] Lun 14 Aoû - 16:59
 

Dimma Dökkhönd

Candice Rascorb

Rois sous la montagne
Au fin fond du repaire de l'Étoile Rouge, Dimma Dökkhönd, 200 ans, messie, se délectait d'une tasse de thé en lisant l'incunable dérobé quelques mois plus tôt à la cathédrale de l'Église Blanche. Le monde de Satkaon était, en vérité, d'une fascination sans limite. S'il ne servait pas d'abri à des créatures, et un créateur, sanguinaires, il aurait été d'une beauté sans précédent.

Quel dommage qu'il fallût le partager avec de telles monstruosités.

Stirbjórn fit subitement irruption, tandis que deux miliciens à sa suite tenaient, le visage couvert d'un sac de toile et les mains ligotées dans le dos, un parfait inconnu. Dimma leva les yeux au plafond, referma le livre et croisa les jambes dans l'autre sens.

— Tu vas m'expliquer sur-le-champ ce que signifie cette nouvelle comédie, j'imagine.
— Stjórnandi, nous t'amenons un témoin.
— Un témoin.
— On l'a trouvé sur les quais. On pense qu'il a retrouvé la trace de Candice.


Dimma se caressa machinalement le menton du bout de l'index et du pouce.

— La fille Rascorb… D'accord… écoutons ce que ce témoin a à nous dire.

Les miliciens mirent le témoin à genoux et lui retirèrent le sac de la tête. C'était un homme d'une quarantaine d'années en apparence, le visage buriné, barbu, mais a priori sain d'esprit.

— Qu'est-ce que je fais ici ? s'affola-t-il.
— Sais-tu qui je suis ?
— Non.
— C'est heureux. Mes amis m'ont dit que tu avais quelque chose à me raconter. Alors raconte-moi ce quelque chose. Je suis impatient d'entendre ton récit.
— Mais quel récit ?


Stirbjórn lui donna un coup derrière le crâne.

— L'histoire que tu vociférais sur les quais, imbécile !
— Inutile de le brutaliser, Stirbjórn. Veuillez pardonner mon lieutenant, messire, il est peu rompu aux usages de la civilité.
— Mon histoire sur les quais ? Mais… mais enfin c'est idiot.
— J'insiste pour avoir l'opportunité de l'écouter néanmoins.
— Eh bien… je… je suis chasseur. Je chasse dans les montagnes. Ce n'est pas facile, car il y a les Razorans, et c'est très dangereux si on ne sait pas ce qu'on fait. Mais on est chasseur de père en fils, alors je connais toutes les petites ficelles du boulot, vous voyez. Alors je connais un petit recoin d'où on peut facilement pister le gibier tout en évitant de s'exposer aux Razorans. Je m'y suis faufilé, comme à mon habitude. J'avance sauf que là, pouf, d'un coup, je me retrouve transporté juste au-dessus de la baie, et plouf, dans l'eau !
— Pouvez-vous me répéter cela ?
— J'ai posé le pied par terre, je me suis enfoncé dans le sol, et l'instant d'après j'étais en train de tomber dans la mer.
— Très intéressant. Pourriez-vous, si je vous le demandais, nous mener à ce petit recoin d'où vous tenez l'emplacement secret ?


Dans les heures qui suivaient, Dimma, Stirbjórn, les deux miliciens et le trappeur étaient en train de gravir la montagne des Razorans à la recherche de la fille Rascorb. Ils parvinrent finalement non loin du lieu qui avait transporté le pisteur d'un bout à l'autre du pays. Le brave homme refusa, c'était compréhensible, d'avancer davantage, aussi Dimma le remercia-t-il et lui effaça la mémoire avant de le laisser partir dans l'autre sens.

— Stirbjórn, donne-moi ton sac, je te prie.
— Pour quoi faire, Stjórnandi ? Tu vas t'épuiser pour rien.
— Fais ce que je te dis.


Stirbórn s'exécuta et donna son sac à dos à son maître, qui l'équipa à son tour.

— Bien, procédons, maintenant.

Ils arrivèrent près du court défilé. Stirbjórn passa le premier… et disparut dans le sol. Ayant repéré le piège, Dimma enjamba la zone sans grande difficulté.

— Candice ? Est-ce que tu m'entends ? héla-t-il.

Il déposa le sac à dos sur la pierre tandis que les deux miliciens le rejoignaient tant bien que mal.

— Candice, je t'ai apporté des provisions. Est-ce que tu es par ici ?

_________________
#9933cc
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnages
Faction: Neutre
Métier: aucun
Pouvoirs:
Importé
Importé
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 60
Date d'inscription : 05/02/2017
MessageSujet: Re: Rois sous la montagne [PV Candice] Sam 19 Aoû - 18:37
feat Dimma Dokkond
Trouver un refuge
Beaucoup trop de personnes, on été impliqué dans mon sauvetage. Isamu, Vinur, un inconnu et pour couronner le tout mon ancien patron et ma sœur. Alice m'a soigné des blessures et j'ai dormi pendant plusieurs jours. Lors de mon réveil, je me sentais toujours aussi affaiblie. Mais il était hors de question de mettre ma sœur en danger alors qu'elle est en bon terme avec l’Église Blanche. Il fallait que ça reste comme tel pour qu'il ne lui arrive rien. Et clairement, ce n'étais pas en restant à l'appartement que j'allais éviter ce genre de catastrophe. Il est inutile de ce mentir, maintenant les Inquisiteurs sont en train de me traquer encore plus activement que maintenant. C'est donc après avoir mûrement réfléchie que je me suis mise à me cacher dans la montagne. J'avais fini par trouver une cachette parfaite, une sorte de petite grosse ou au fond il fait si noir qu'on n'en voit plus la lumière. J'y place un portail devant afin d'éloigner les curieux et commence donc à me poser depuis plusieurs jours. Je passe donc mes journées à me reposer et à prendre en 5 minutes de la nourriture chez moi. Personne n'avait idée de l'endroit où je me cachais, car j'ai jugé préférable que personne le sache. Et une fois que j'aurais repris des forces, j'irais sauver Isamu en espérant que je n'arriverai pas trop tard... Mais il faut se mettre à l'évidence, je ne peux pas le secourir dans cet état...

Deux trois jours passent et mon piège m'a permisse d'éloigner ceux que je pouvais trouver. Du moins, c'est ce que je croyais. J'ai réfléchi a comment les éloigner pas à comment les faire taire. Et en voilà la conséquence, plusieurs sont venues par curiosité et on encore et toujours tombé dans le portail. Comme si c'était devenu un challenge, et ma crainte que quelqu'un parvienne à comprendre que c'est un portail me hante chaque jour. Une nouvelle journée passe et j'en cette fois un groupe venir... Je soupire d'agacement au fond de mon trou plongé dans le noir complet. 

— Candice ? Est-ce que tu m'entends ?

Je me fige sur place. Comment que celui-ci connaît mon nom ? À l'aide de ma nyctalopie, je m'approche pour voir de qui il s'agit sans pour autant sortir de la pénombre. Vinur ? Mais bordel qu'est-ce qu'il me veut ? C'est quoi cette manie de toujours vouloir me sauver ou prendre soin de moi ? Il est passé au portail et pose un sac suivit de deux hommes. Je plisse les yeux... Vinur m'a déjà aidé deux fois, mais ce n'est pas suffisant pour que je lui accorde ma confiance. Le vécu que m'a raconté mon père me montre bien qu'il ne faut pas se baser sur ça et se méfier de tout. 

— Candice, je t'ai apporté des provisions. Est-ce que tu es par ici ?

Je le fixe toujours caché, autant de bonté seulement pour une dette qu'il a déjà étanché en maillant libéré de l’Église Blanche ? C'est bizarre... Beaucoup trop bizarre. Et puis s'il vient en ami pourquoi il a des sortes de garde avec lui hein ? Je créé un grand portail sous leurs pieds et les fonds disparaître de ma cachette. Il ne reste plus que Vinur, il fallait que je mette les choses au clair avec lui. Une fois, le premier portail fermé, j'en ouvre un sous ses pieds pour le faire atterrir près de moi. Plongé dans un noir complet, j'étais dans mon avantage par le fait que j'y vois et pas lui. Je sais où je suis, mais lui non. Debout, contre un mur, je ne bouge pas et le fixe pour surveille ses moindres faits et geste.

« Vinur... Votre dette envers mes parents a déjà été payée quand vous m'avez fait sortir des geôles de l’Église Blanche... Alors pourquoi s'obstiner à encore vouloir m'aider ? »

J'ai préféré allé droit au but. Ça ne servait à rien de tourner autour du pot et je ne sais de toute façon pas mentir. Mais lui... Lui, il sait sans doute le faire, mais je n'ai rien pour le savoir. Espérons juste que l'avantage que j'ai sur lui par rapport au lieu l'incitera à me dire la vérité ? Non... C'est beaucoup trop naïf de ma part de penser ça.

« Qu'est-ce que vous me voulez vraiment au final ? »

Qui sait... Peut-être qu'un jour on me laissera tranquil.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnages
Faction: Rautt Stjarna
Métier: Leader de Rautt Stjarna
Pouvoirs:
Importé
Importé
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 60
Date d'inscription : 28/01/2017
Localisation : Satkaon
MessageSujet: Re: Rois sous la montagne [PV Candice] Sam 19 Aoû - 23:50
 

Dimma Dökkhönd

Candice Rascorb

Rois sous la montagne
Dimma scrutait l'entrée de la grotte, à la recherche d'un mouvement, d'un geste, d'une moindre trace de vie. Il n'en fut rien. Se serait-il trompé ? Serait-elle partie depuis que le trappeur avait découvert sa cachette ? Ce n'était pas inconcevable, cependant le piège de Candice devait probablement décourager quiconque de revenir afin qu'elle puisse demeurer au même endroit pour se reposer un peu.

Et puis, si elle partageait le sang de Thibalt et de Sélène, elle devait certainement faire avec l'absence flagrante de sens commun et de réflexion à long-terme.

Les miliciens qui disparurent dans son dos confirma ses soupçons. Il ne s'était pas préparé à l'éventualité qu'elle pouvait mal interpréter sa venue, et avant qu'il ne puisse clarifier ses intentions, il se retrouva téléporté au plus profond de la caverne.

Il tomba à genoux. Il détestait toujours autant ces portails, il les détestait tant et si bien qu'ils figuraient désormais haut dans sa liste des choses qu'il exécrait.

— Vinur… votre dette envers mes parents a déjà été payée quand vous m'avez fait sortir des geôles de l'Église Blanche… Alors pourquoi s'obstiner à encore vouloir m'aider ?

C'était Candice. C'était sa voix. Dimma n'y voyait rien. L'obscurité complète le désorientait. Il tendit la main tout autour de lui, cherchant un support pour se repérer. S'il détectait une paroi, il pourrait éventuellement retrouver son chemin. Ceci à la condition non optionnelle que Candice lui permette de retrouver la lumière.

Ne trouvant rien à proximité, il s'appuya sur ses mains et se releva. Il était plus sage de rester immobile, de conserver son sang-froid. Candice l'avait piégé mais pas encore attaqué. Elle cherchait des réponses et comptait sur la surprise pour les obtenir.

Peut-être son cas n'était-il finalement pas dépourvu d'espoir.

— Qu'est-ce que vous me voulez vraiment au final ?

Dimma attendit quelques instants avant de répondre. Il l'entendait, clairement même, néanmoins l'exiguïté ne l'autorisait pas à la localiser avec précision.

— Tu as terminé de parler ? finit-il par dire. Je ne te vois pas donc je ne parviens pas à m'en assurer. Peut-être que tu prends seulement ta respiration pour te donner de l'emphase. Si c'est bien le cas, je te prie de m'excuser d'avoir interrompu ton effet.

Il croisa les mains dans le dos et attendit encore.

— Non ? Rien de plus ? Alors j'imagine que tu avais terminé et que je passe pour un imbécile de ne pas l'avoir compris plus tôt.

Dimma prit son inspiration.

— Si cela te gêne de me voir ici, Candice, tu n'avais qu'à me dire de partir depuis l'entrée. Je ne t'aurais pas vue, et je serais reparti sans davantage t'embêter. J'espère que tu réalises que pendant que nous sommes à bavarder ici, mon sac-à-dos de victuailles est resté à l'extérieur. J'étais venu te l'apporter, ça m'embêterait beaucoup que des animaux en profitent à ta place.

Ses yeux s'habituaient progressivement au noir. Il faisait bien trop sombre pour qu'il décernât quoi que ce fût, cependant c'était un pas de plus vers la réassurance, et par conséquent le contrôle.

— Que vas-tu t'imaginer, Candice ? Nous avons été séparés dès notre sortie, théâtrale je le conçois, de la cathédrale. Je n'ai eu aucune nouvelle depuis. J'ai cherché, cherché, sans jamais trouvé quelque renseignement à ton sujet. Je commençais à croire que tu étais peut-être morte… que ta téléportation t'avait achevée. Mais maintenant, je suis soulagé. L'héritage de tes parents peut perdurer. Ceci dit…

Il tourna brièvement sur lui-même, comme pour inspecter ses environs.

— Je ne suis pas tout à fait sûr que Thibalt et Sélène seraient enchantés d'apprendre que leur enfant passe le plus clair de son temps dans une caverne tel un australopithèque grossier. Je me demande comment tu peux te nourrir ou te défendre.

Il se tourna dans l'autre sens.

— Et où tu fais tes besoins. A priori dans ce coin-ci, j'ai encore un très bon odorat. Fort heureusement. Je connaissais tes parents, et je peux t'affirmer que s'ils avaient désiré une chose pour toi, cela n'aurait pas été que tu croupisses dans une grotte comme un animal. Perçois-tu une quelconque différence entre ce lieu infâme et ta geôle de la cathédrale ? Tu es aussi prisonnière de la pierre que de ton esprit, Candice. C'est…

Il hésita un instant.

— C'est dommage. Tu pourrais être plus, tu pourrais devenir tellement plus.

Il se retourna encore. Il n'espérait pas voir Candice, mais la flatter en lui montrant qu'il suivait le jeu qu'elle lui imposait en dépit de sa bonne foi.

— Alors je te retourne la question que tu m'as posée : qu'est-ce que tu veux de toi-même, vraiment, au final ?

_________________
#9933cc
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnages
Faction: Neutre
Métier: aucun
Pouvoirs:
Importé
Importé
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 60
Date d'inscription : 05/02/2017
MessageSujet: Re: Rois sous la montagne [PV Candice] Lun 21 Aoû - 12:51
feat Dimma Dokkond
Trouver un refuge
 Vinur a l'air totalement déstabilisé par la situation. Il cherche un endroit ou se tenir pour trouver un chemin, mais il en est rien. Il finit alors par se lever et tente désespérément de voir quelque chose en regardant tout autour de lui. Les yeux entièrement noir me permette de voir tout ces détails. Le seul hic, c'est que je ne suis pas doué pour ce genre de chose, et ce masque qu'il garde éternellement sur son visage ne m'aide pas tellement. J'abandonne alors mon idée de me la jouer détective et me contente de l'entendre parler. 

— Tu as terminé de parler ? Je ne te vois pas donc je ne parviens pas à m'en assurer. Peut-être que tu prends seulement ta respiration pour te donner de l'emphase. Si c'est bien le cas, je te prie de m'excuser d'avoir interrompu ton effet.

Je le regarde d'un air blasé et les bras croisé. Bah, il commence bien lui... Alors que je peux l'attaquer à tout moment sans qu'il puisse le voir venir. Il me provoque... Il est bien confiant. Enfin, je crois... OH ET PUIS ZUT J'EN SAIS RIEN MOI !  

— Non ? Rien de plus ? Alors j'imagine que tu avais terminé et que je passe pour un imbécile de ne pas l'avoir compris plus tôt.

Je soupire d'agacement en même temps que son inspiration. Je sens que je vais regretter très vite cette ruse...

— Si cela te gêne de me voir ici, Candice, tu n'avais qu'à me dire de partir depuis l'entrée. Je ne t'aurais pas vue, et je serais reparti sans davantage t'embêter. J'espère que tu réalises que pendant que nous sommes à bavarder ici, mon sac-à-dos de victuailles est resté à l'extérieur. J'étais venu te l'apporter, ça m'embêterait beaucoup que des animaux en profitent à ta place.

J'hausse un sourcil, il essaye de gagner du temps ou bien ? Puis son sac ne risque pas de se faire prendre, il y a encore et toujours le portail qui empêche de faire entrer quelconque animal ou personne dans cette caverne. Je ne dis donc rien, jugeant qu'il est inutile de répondre à ce genre de phrase qui permet juste de tourner autour du pot. Ce qui à mon goût... Est bien étrange. Beaucoup trop étrange. 

— Que vas-tu t'imaginer, Candice ? Nous avons été séparés dès notre sortie, théâtrale je le conçois, de la cathédrale. Je n'ai eu aucune nouvelle depuis. J'ai cherché, cherché, sans jamais trouvé quelque renseignement à ton sujet. Je commençais à croire que tu étais peut-être morte… que ta téléportation t'avait achevée. Mais maintenant, je suis soulagé. L'héritage de tes parents peut perdurer. Ceci dit…

S'assurer que je sois en vie en emmenant des hommes avec lui ? Mais bien sûr... Je ne suis pas certaine que se soit la seule et unique raison. Mais d'un autre côté son explication tiens la route. Quoi que se pense, dise ou face. 

— Je ne suis pas tout à fait sûr que Thibalt et Sélène seraient enchantés d'apprendre que leur enfant passe le plus clair de son temps dans une caverne tel un australopithèque grossier. Je me demande comment tu peux te nourrir ou te défendre.

Je me crispe, je serre les dents et les poings quand je l'entends parler de mes parents et de ce qu'ils auraient voulu pour moi. S'ils avaient vraiment souhaité du bien à moi et Alice et bien Sélène notre mère aurait dû venir avec et Thibalt notre père se serait téléporter au lieu de se faire transpercer connement avec l'épée du Pontife ! Ils n'auraient pas agi aussi connement ! Et je n'en serais même pas arrivé à cette situation. Et puis, il est qui d'abord pour parler en leur nom sur ce qu'ils aimeraient pour moi hein ?! Mon père ne m'a jamais parlé de lui ! C'est comme un signe pour moi qu'il n'était pas une personne qu'ils ont vu régulièrement ! IL EST QUI BORDEL DE MERDE ! ET POURQUOI EST-CE QU'IL S'OBSTINE À SE MOQUER DE MOI ET À ME PRENDRE POUR UNE IDIOTE ?!

— Et où tu fais tes besoins. A priori dans ce coin-ci, j'ai encore un très bon odorat. Fort heureusement. Je connaissais tes parents, et je peux t'affirmer que s'ils avaient désiré une chose pour toi, cela n'aurait pas été que tu croupisses dans une grotte comme un animal. Perçois-tu une quelconque différence entre ce lieu infâme et ta geôle de la cathédrale ? Tu es aussi prisonnière de la pierre que de ton esprit, Candice. C'est…

Je ne sais pas ce qui me retiens de le tuer la tout de suite.

— C'est dommage. Tu pourrais être plus, tu pourrais devenir tellement plus.

Ah bah oui, c'est clair que de devenir une gardienne parce que je m'expose au grand jour comme une conne alors que je me suis enfuit de la prison de l’Église Blanche seulement depuis quelques jours, c'est bien plus intéressant ! 

— Alors je te retourne la question que tu m'as posée : qu'est-ce que tu veux de toi-même, vraiment, au final ?

Toujours pas calmé du fait qu'il ait parlé de mes parents, je tente tout de même de me calmer avant de répondre, mais en vain... Et étant donné que je me voyais mal ne pas répondre à sa question. Je finis par lui répondre avec un air clairement énervé, révolté, agacé...

« Mes envies ne sont qu'une liste de choses infaisable, voir impossible. »

L'énervement prend le dessus, et alors que je devrais garder cette liste pour moi. Je me mets à l'éclater en plein jour. Mes nerfs lâche et se sont retenu depuis maintenant deux ans. 

« Ce que je veux, c'est remonter le temps pour inciter mes parents à être moins con ce qui au passage leur auraient sauvé la vie. Je veux aussi tuer le Pontife de mes propres mains ainsi que Shën ! Sans Shën, plus de magie, plus de chasse aux sorcières à l'extérieur de se monde ! Plus d'angoisse à l'idée de se faire tuer sous seul prétexte que nous possédons un pouvoir dangereux ! »

Je me stoppe net sentant ma gorge se nouer. Je retiens mes larmes pour les ravaler avec difficulté laissant un silence d'au moins une à deux minutes pour ajouter.

« Maintenant que je vous aie déballer mes intentions Vinur, il est évident que vous savez à présent que je ne suis qu'un monstre assoiffé de vengeance et de regret. Donc promettez-moi d'arrêter de m'aider ou de me chercher et je vous laisserai partir... »

Qui sait... Peut-être qu'un jour on me laissera tranquil.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnages
Faction: Rautt Stjarna
Métier: Leader de Rautt Stjarna
Pouvoirs:
Importé
Importé
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 60
Date d'inscription : 28/01/2017
Localisation : Satkaon
MessageSujet: Re: Rois sous la montagne [PV Candice] Mar 22 Aoû - 11:58
 

Dimma Dökkhönd

Candice Rascorb

Rois sous la montagne
— Mes envies ne sont qu'une liste de choses infaisable, voir impossible.

DImma venait de toucher une corde sensible. Le ton de Candice était devenu plus fébrile, plus tendu. Son timbre trahissait son émotion. Dimma sourit derrière son masque. La carte "parents" fonctionnait très bien avec tous les orphelins revanchard. Peut-être trop bien, car elle était aussi tout à fait capable de l'expédier là où devaient certainement patauger Stirbjórn et le deux autres, à l'heure qu'il était.

La jeune fille commença alors à s'épancher, ou tout du moins ce qui se rapprochait le plus d'un épanchement quand un Rascorb participait à une conversation, à savoir crier et pleurnicher. Les Rascorb, et les Eizen de fait, constituaient une dynastie de plaintifs qui disposaient, hélas mille fois hélas, de pouvoirs exceptionnels.

— Ce que je veux, c'est remonter le temps pour inciter mes parents à être moins cons ce qui au passage leur auraient sauvé la vie.

Dimma ne sut pas quoi répondre. Elle avait entièrement raison. C'était peut-être vrai, ce que l'on disait sur l'évolution de l'espèce, alors. Les descendants devenaient moins idiots que leurs prédécesseurs au fil du temps.

Sélène et Thibalt formaient une génération de geigneurs dangereux car, non content d'être des piaillards invétérés… ils étaient en plus de cela d'une bêtise affligeante. Même un chien, dont le QI égalait au mieux celui d'une motte de beurre, se serait montré plus malin qu'eux. Et Dimma avait eu l'exemple sous les yeux en la personne de Monsieur Pantoufle.

Monsieur Pantoufle…

— Je veux aussi tuer le Pontife de mes propres mains ainsi que Shën ! Sans Shën, plus de magie, plus de chasse aux sorcières à l'extérieur de se monde ! Plus d'angoisse à l'idée de se faire tuer sous seul prétexte que nous possédons un pouvoir dangereux !

Elle était au fait de beaucoup de choses, cette jeune fille. Elle était peut-être une version améliorée de Sélène. Moins larmoyante, moins passive, moins sujette à un féroce anto-dénigrement.

— Maintenant que je vous ai déballé mes intentions Vinur, il est évident que vous savez à présent que je ne suis qu'un monstre assoiffé de vengeance et de regret. Donc promettez-moi d'arrêter de m'aider ou de me chercher et je vous laisserai partir…

… ou alors elle était exactement comme sa mère. Aussi larmoyante, aussi passive, et tellement, tellement, tellement sujette à l'auto-dénigrement…

— Bien sûr que non, Candice. Pourquoi dis-tu que tu es un montre assoiffé de vengeance ? Où est-elle, cette créature abominable dont tu parles ? Je ne vois, façon de parler, qu'une jeune femme qui a été blessée par la vie, tellement blessée qu'elle se terre depuis des semaines au fin fond d'une caverne dans une montagne de Razorans.

Il posa les mains sur les hanches et soupira.

— Moi aussi, je suis une créature surnaturelle. Pas de naissance, et certainement pas de mon plein gré, mais moi aussi, comme toi, j'ai vécu des tragédies. J'ai perdu une épouse, des enfants, des amis… J'aurais pu en vouloir aux humains, mais la vérité se trouve ailleurs, et tu l'as pointée du doigt : c'est la magie. Tout est la faute de la magie. Sans la magie, j'aurais encore ma femme, mes enfants, mes amis, et je serais même mort depuis des lustres… Tandis que toi… toi… tu aurais eu ton père, et tu aurais eu ta mère. Vous auriez été cette famille heureuse qui… qui…

Il se coupa un instant, avant de reprendre :

— Je ne suis pas venu à Satkaon pour me cacher, Candice. Je suis venu car je crois, comme toi, que la magie est la source de toutes nos tragédies. Oui, sans Shën, il n'y aurait pas eu de chasse aux sorcières, il n'y aurait pas eu de malheur. Il est trop tard pour corriger le passé, mais on peut encore modifier les évènements à venir. Isamu Kazunaga est un garçon très bien et tout ce que tu veux mais… il n'est pas comme toi. Il n'est certainement pas comme toi. Et il ne te comprendra jamais. Ici, vous vous entendez, mais si vous vous étiez connus là-haut, dans le “monde extérieur” comme tu l'as appelé… eh bien il t'aurait traquée. Il t'aurait pour pourchassée, comme l'ont fait ses semblables avec tes parents. Je ne lui en veux pas, je n'en veux d'ailleurs à aucun d'eux. Mais, Candice… toi et moi, nous pouvons changer les choses pour le mieux. Disperser les factions, renverser le Pontife, et mettre un terme définitif à la menace de Shën. Nous en sommes capables, toi et moi. Nous sommes faits du même bois.

_________________
#9933cc
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnages
Faction: Neutre
Métier: aucun
Pouvoirs:
Importé
Importé
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 60
Date d'inscription : 05/02/2017
MessageSujet: Re: Rois sous la montagne [PV Candice] Dim 27 Aoû - 0:38
feat Dimma Dokkond
Trouver un refuge
 Tout ce que je venais de lui dire, je ne pensais vraiment, mais j'en ai toujours eu honte. C'était des idées et des ambitions impossible, mais aussi qui peu être vu comme cruel aux yeux des autres. Ne sachant pas mentir, j'ai espéré que ce genre de révélation le ferait fuir une bonne fois pour toute. Je n'étais pas au mieux de ma forme et je détestais être dans un moment de faiblesse. Mais jamais, au grand jamais je me suis attendu à CE genre de réaction.

— Bien sûr que non, Candice. Pourquoi dis-tu que tu es un montre assoiffé de vengeance ? Où est-elle, cette créature abominable dont tu parles ? Je ne vois, façon de parler, qu'une jeune femme qui a été blessée par la vie, tellement blessée qu'elle se terre depuis des semaines au fin fond d'une caverne dans une montagne de Razorans.

Des semaines ? Mais qu'est-ce qu'il dit comme bêtise encore ? Je suis ici que depuis quelques jours ! Enfin... Je crois... Bon sang, il me met le doute ! Mais.... Mais si ça fait plusieurs semaines ça veut dire que... Ça veut dire que pour Isamu, il est trop tard ? Ma gorge se serre violemment à cette idée. Je voulais récupérer mes forces et aller le sauver, mais là... La, il est trop tard...

— Moi aussi, je suis une créature surnaturelle. Pas de naissance, et certainement pas de mon plein gré, mais moi aussi, comme toi, j'ai vécu des tragédies. J'ai perdu une épouse, des enfants, des amis… J'aurais pu en vouloir aux humains, mais la vérité se trouve ailleurs, et tu l'as pointée du doigt : c'est la magie. Tout est la faute de la magie. Sans la magie, j'aurais encore ma femme, mes enfants, mes amis, et je serais même mort depuis des lustres… Tandis que toi… toi… tu aurais eu ton père, et tu aurais eu ta mère. Vous auriez été cette famille heureuse qui… qui…

Les chocs s'accumulent. Entre le fait de se rendre compte qu'on a dormis pendant des semaines et le fait que Vinur était d'accord avec moi. Je ne savais plus quoi en penser. Je secoue la tête en grimaçant ne laissant paraître aucun bruit pendant sa pause. Jusqu'à ce qu'il reprenne. 

— Je ne suis pas venu à Satkaon pour me cacher, Candice. Je suis venu car je crois, comme toi, que la magie est la source de toutes nos tragédies. Oui, sans Shën, il n'y aurait pas eu de chasse aux sorcières, il n'y aurait pas eu de malheur. Il est trop tard pour corriger le passé, mais on peut encore modifier les évènements à venir. Isamu Kazunaga est un garçon très bien et tout ce que tu veux mais… il n'est pas comme toi. Il n'est certainement pas comme toi. Et il ne te comprendra jamais. Ici, vous vous entendez, mais si vous vous étiez connus là-haut, dans le “monde extérieur” comme tu l'as appelé… eh bien il t'aurait traquée. Il t'aurait pour pourchassée, comme l'ont fait ses semblables avec tes parents. Je ne lui en veux pas, je n'en veux d'ailleurs à aucun d'eux. Mais, Candice… toi et moi, nous pouvons changer les choses pour le mieux. Disperser les factions, renverser le Pontife, et mettre un terme définitif à la menace de Shën. Nous en sommes capables, toi et moi. Nous sommes faits du même bois.

Quoi ?! Mais lors de notre rencontre, il a dit n'être pas arrivé à temps pour mon père ! Je pensais qu'il était donc venu ici pour le chercher ! Et puis... Et puis comment ça se fait qu'il soit d'accord avec moi ? Et qu'est-ce qu'Isamu bien faire dans cette histoire ? Je m’accroupis pour me mettre en boule histoire de garder mon calme. Dieu merci, Vinur ne peut pas me voir, parce qu'il aurait pu voir que j'étais dans un moment de faiblesse. Je reste un moment comme ça inspire un grand coup et me lève pour me diriger vers Vinur. Une fois près de lui je lui saisis doucement le bras.

« Je vais vous conduire à la sortie de la caverne... »

Je commence alors à avancer vers la sortie sans dire un mot de plus peut à peu la lumière reviens vers nous et mes yeux redeviennent bleue quand nous nous retrouvons à l'entrée de la caserne ou se trouve le sac intact sans doute protéger. Je lâche Vinur quand il y a assez de lumière et me cache le visage et grimace comme aveuglé par la lumière à laquelle je ne m'y suis pas habitué. Physiquement, j'ai à peine repris du poids depuis le sauvetage. Une fois que mes yeux sont son de nouveau habitué à la lumière, je regarde l'homme masqué. Un peu confuse, mais je tente de garder une apparence sur de moi. Je croise les bras et me mets un peu plus à l'ombre et ajoute simplement.

« Je pensais être la seule à vouloir supprimer la magie... »

Je serre mes bras contre moi.

« Mais j'ai quelque chose à faire avant de commencer... Ce que je pensais encore plus irréalisable que de tuer le Pontife. »

Tenter de sauver Isamu s'il n'a pas été condamné à mort ou au Musaboru et tuer le Pontife. 

« Je ne suis pas un stratège et je n'ai du coup jamais essayé de viser aussi haut. J'ai toujours été le genre de personne à foncé dans le tas pour ensuite improviser... Mais il faut vraiment que je face... Encore certaine chose avant de m'investir dans quelque chose d'aussi grand. »

Qui sait... Peut-être qu'un jour on me laissera tranquil.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnages
Faction: Rautt Stjarna
Métier: Leader de Rautt Stjarna
Pouvoirs:
Importé
Importé
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 60
Date d'inscription : 28/01/2017
Localisation : Satkaon
MessageSujet: Re: Rois sous la montagne [PV Candice] Mar 5 Sep - 23:27
 

Dimma Dökkhönd

Candice Rascorb

Rois sous la montagne
Le silence se fit et régna dans la caverne pendant un bon moment. Dans cette obscurité des plus complètes, Dimma crut même qu'il s'écoula dix minutes, bien que ce fût probablement parce que sa cécité forcée renforçait tous ses autres sens.

Il sentit soudain une main agripper son avant-bras.

— Je vais vous conduire à la sortie de la caverne.

Candice le guida jusqu'à l'extérieur, le tirant par la main comme elle aurait traîné par une laisse un chiot récalcitrant. Cela rappela à Dimma ses premières sorties avec Monsieur Pantoufle, et il se demanda si c'était cela que l'animal avait ressenti dans ces instants-là.

Une fois l'extérieur atteint, Candice préféra demeurer dans la pénombre, tandis que Dimma, instinctivement, progressa vers la lumière, parant seulement ses yeux de sa main pour atténuer la brûlure du soleil sur sa rétine.

— Je pensais être la seule à vouloir supprimer la magie.

Dimma se retourna. Il pouvait maintenant discerner Candice, et en effet, il comprit pourquoi elle préférait se terrer au fin fond d'une grotte sordide. Elle faisait en vérité peur à voir. Elle n'avait pas dû reprendre beaucoup de forces depuis la fin de son incarcération.

Il fronça les sourcils quand il la vit croiser les bras, presque dans une tentative de se serrer elle-même.

— Mais j'ai quelque chose à faire avant de commencer… Ce que je pensais encore plus irréalisable que de tuer le Pontife.

Vraiment ? Une Rascorb-Eizen qui chercherait autre chose que la vengeance ? Ce serait bien la première exception à une règle établie depuis des décennies.

— Je ne suis pas un stratège et je n'ai du coup jamais essayé de viser aussi haut. J'ai toujours été le genre de personne à foncer dans le tas pour ensuite improviser… Mais il faut vraiment que je fasse… encore certaines choses avant de m'investir dans quelque chose d'aussi grand.

Dimma la regarda de trois-quarts. Que comptait-elle faire, dans son état présent ? Et désarmée, de surcroît ? L'Église Blanche avait probablement confisqué le sabre de Thibalt. À l'heure actuelle, Candice ne serait pas capable de réaliser grand-chose. C'était peut-être l'occasion de se débarrasser d'elle et de son héritage maudit… cependant Dimma ne faisait confiance qu'en lui-même quant à exécuter ce genre de corvée. Il avait après tout tué une Rascorb, il ne serait pas bien difficile de réitérer l'exploit.

— Sois réaliste, Candice. Regarde-toi. Tu tiens à peine debout. Tu as dû perdre presque dix kilogrammes durant ta captivité… et tu n'as même pas ton sabre avec toi. Je me trompe ?

Il recroisa les mains dans son dos.

— Tu as besoin de temps pour te remettre, et tu as besoin de discipline, Candice. Tu ne peux décemment foncer tête baissée dans un piège qui n'attend que toi. Ce n'est pas une tâche que tu dois accomplir seule. Isamu Kazunaga ne pouvait te venir en aide convenablement car les Insoumis ne partagent pas ses sentiments à ton égard. Les disciples de l'Étoile Rouge, en revanche, te seront entièrement dévoués. Tous partagent ton envie de mettre un terme à l'existence de Shën.

Y compris ceux qu'elle avait envoyés dans la baie il n'y avait pas si longtemps.

— Viens avec moi, Candice. Tu n'as pas à subir cette épreuve toute seule. Personne ne le devrait, d'ailleurs. Tu es en train de t'infliger un châtiment que tu n'as pas mérité. Seuls les pénitents se punissent d'eux-mêmes de la sorte. Les monstres devraient être punis de la sorte, oui. Mais tu n'en es pas un. Tu ne fais pas partie de ces Pontifes, de ces Shëns, de ces Aldrichs qui détruisent nos vies comme des calamités qui s'abattent sur des innocents qui n'ont rien demandé. Non, tu es de celles et ceux qui affrontent les calamités et qui les réduisent au silence. Je peux t'aider pour cela, Candice. Je peux t'aider pour tout cela, mais je ne peux le faire sans ton accord, et je ne peux certainement pas le faire sans ton amitié.

_________________
#9933cc
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnages
Faction: Neutre
Métier: aucun
Pouvoirs:
Importé
Importé
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 60
Date d'inscription : 05/02/2017
MessageSujet: Re: Rois sous la montagne [PV Candice] Dim 10 Sep - 23:51
feat Dimma Dokkond
Trouver un refuge
Récupérer mon sabre en sauvant Isamu. Sauver le chef des Insoumis n'a pas pour seul objectif de récupérer mon sabre qui était à mon père jadis. Non, c'est aussi pour pouvoir régler une bonne fois pour toute ma dette envers lui. Il m'a sauvé une fois et a même tenter de me sauver la vie une seconde fois. Il fallait que je lui rende la pareille afin qu'il ne se sente plus obligé à me protéger. Parce qu'à mes yeux, il n'y a pas tellement de sentiment. Non tout le monde peut le penser légitimement, mais moi, je suis pratiquement sûr qu'il fait tout ça parce qu'il a dû le promettre à mon père. Pour agir comme il a agi, il a dû savoir que ce sauvetage lui coûterait la vie ce qui expliquerai pourquoi Isamu tient autant à me sauver de tout. Soit par promesse, soit par culpabilité. Voir mêmes les deux. Mais tout cela est personnel et ne concerne en rien des ambitions de Vinur. Du coup, il était tout à fait logique pour moi que je n'ai pas à lui en parler. Oui, certes, il m'a sauvé en me faisant sortir des geôles de l’Église Blanche, mais... Je le connais à peine... Je ne sais même pas à quoi il ressemble sous son masque. Et par ce masque je sais encore moins ce qu'il pourrait ressentir puisque que je ne vois aucune expression de son visage. 

— Sois réaliste, Candice. Regarde-toi. Tu tiens à peine debout. Tu as dû perdre presque dix kilogrammes durant ta captivité… et tu n'as même pas ton sabre avec toi. Je me trompe ?

Je fronce les sourcils comme blessé par la seconde évidence. Je tiens parfaitement debout, mais il doit sans doute penser ça seulement en voyant mon physique. Je n'ai pas tellement idée de l'état dans lequel je me trouve. Mais ça ne doit pas être bien beau à voir pour qu'il en déduise que je ne tienne pas debout, alors que je suis la droite, debout, devant lui.

— Tu as besoin de temps pour te remettre, et tu as besoin de discipline, Candice. Tu ne peux décemment foncer tête baissée dans un piège qui n'attend que toi. Ce n'est pas une tâche que tu dois accomplir seule. Isamu Kazunaga ne pouvait te venir en aide convenablement car les Insoumis ne partagent pas ses sentiments à ton égard. Les disciples de l'Étoile Rouge, en revanche, te seront entièrement dévoués. Tous partagent ton envie de mettre un terme à l'existence de Shën.

Ma gorge se serre et je grimace légèrement le fuyant du regard. Je n'ai pas de temps à consacrer aux soins et comme pensé plus tôt. Je doute fortement qu'Isamu ait un quelconque réel sentiment à mon égard. Pour ma part, je l'apprécie, je tiens à lui. Je me suis même parfois surprise à constater qu'il me plaît. Mais lui, c'est évident à mes yeux qu'il me voit comme la fille de son meilleur ami mort devant nos yeux. 

— Viens avec moi, Candice. Tu n'as pas à subir cette épreuve toute seule. Personne ne le devrait, d'ailleurs. Tu es en train de t'infliger un châtiment que tu n'as pas mérité. Seuls les pénitents se punissent d'eux-mêmes de la sorte. Les monstres devraient être punis de la sorte, oui. Mais tu n'en es pas un. Tu ne fais pas partie de ces Pontifes, de ces Shëns, de ces Aldrichs qui détruisent nos vies comme des calamités qui s'abattent sur des innocents qui n'ont rien demandé. Non, tu es de celles et ceux qui affrontent les calamités et qui les réduisent au silence. Je peux t'aider pour cela, Candice. Je peux t'aider pour tout cela, mais je ne peux le faire sans ton accord, et je ne peux certainement pas le faire sans ton amitié.

Mon cerveau se met en pleine réflexion. Malgré mon tempérament impulsif, aillant conscience de mon défaut, je réfléchis toujours le plus possible aux conséquences de mes actes. 

« Je ne vois pas de quel sentiment vous voulez parler en ce qui concerne Isamu... Il était un grand ami de mon père. S'il s'obstine à vouloir me sauver ce n'est que par culpabilité ou alors d'une promesse dont je n'ai pas connaissance. »

L'index posé sur mon front la tête basse, je finis par faire quelque pas en allé venu.

« Le sauver est pour moi une opportunité de lui rembourser la dette que je lui dois depuis bientôt deux ans. Ce qui signifie que c'est une chose personnelle dont je me vois mal y mêler vos hommes et encore moins vous-même. Ça n'aidera en rien dans nos ambitions et malheureusement, je ne peux pas me permettre d'attendre encore plus longtemps. Je n'ai pas idée à quand remonte mon sauvetage et s'il faut, il est déjà trop tard. »

Je soupire.

« C'est aussi lui qui avait mon sabre avant ma capture. J'ignore ce qu'il a bien pu en faire. »

Je finis par m’arrêter et secoue ma tête en me tenant les cheveux. Il ne faut surtout pas qu'il soit déjà trop tard pour lui. Avoir perdu mon père a déjà été assez dur. Le perdre à lui en plus risquera d'être trop dur à supporter. J'inspire un grand coup pour me calmer, je remets mes idées en place en fermant les yeux un petit instant. Accepter son aide ne voudra pas dire que je ne pourrais pas faire des choses personnelles, comme sauver Isamu et récupérer mon sabre. Je m'avance alors vers Vinur, une fois en face de lui, je lui tends la main. Le serrage de main a toujours été pour moi le début d'une collaboration. Histoire que se soit plus clair, je lui dis aussi verbalement.

« J'accepte votre aide et j'accepte aussi de vous aider. »

Ne sachant pas mentir et jugeant pour le coup utile de le préciser, j'ajoute.

« En ce qui concerne l'amitié... Navré de vous le dire, mais nous nous connaissons pas encore bien assez... J'accorde ma confiance... Avec grande difficulté. Mais soyez certain que mon investissement sera là. »

Je garde la main tendu vers lui jusqu'à ce que je puisse avoir au moins une poignet de main de sa part.

Qui sait... Peut-être qu'un jour on me laissera tranquille.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnages
Faction: Rautt Stjarna
Métier: Leader de Rautt Stjarna
Pouvoirs:
Importé
Importé
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 60
Date d'inscription : 28/01/2017
Localisation : Satkaon
MessageSujet: Re: Rois sous la montagne [PV Candice] Mer 13 Sep - 12:12
 

Dimma Dökkhönd

Candice Rascorb

Rois sous la montagne
— Je ne vois pas de quel sentiment vous voulez parler en ce qui concerne Isamu… Il était un grand ami de mon père. S'il s'obstine à vouloir me sauver ce n'est que par culpabilité ou alors d'une promesse dont je n'ai pas connaissance.

Cela expliquait soudain beaucoup de choses. Beaucoup de choses dont Dimma pourrait se servir plus tard. En traquant Sélène et Thibalt, il avait à son insu orchestré la rencontre d'Isamu et de Candice. Un mal pour un bien, peut-être, car, en dépit du fiasco de la cathédrale, cela lui constituait une porte d'entrée chez les Insoumis… et cela lui fournissait un moyen de les détruire de l'intérieur.

Candice commençait à faire les cent pas, allant et venant d'un bout à l'autre de l'entrée dans une réflexion profonde. Dimma se demanda si elle l'avait complètement occulté de son esprit.

— Le sauver est pour moi une opportunité de lui rembourser la dette que je lui dois depuis bientôt deux ans. Ce qui signifie que c'est une chose personnelle dont je me vois mal y mêler vos hommes et encore moins vous-même. Ça n'aidera en rien dans nos ambitions et malheureusement, je ne peux pas me permettre d'attendre encore plus longtemps. Je n'ai pas idée à quand remonte mon sauvetage et s'il faut, il est déjà trop tard.

Pas si tard, d'après les dernières nouvelles, ce cafard insaisissable avait réussi à s'évader de la cathédrale… et ironiquement sans grande difficulté. C'était à croire qu'il avait accumulé tant de mauvais karma lors de la mission de sauvetage de Candice que le destin avait décidé de lui accorder sa clémence. En attendant, Isamu était à nouveau libre comme l'air.

— C'est aussi lui qui avait mon sabre avant ma capture. J'ignore ce qu'il a bien pu en faire.

Le sabre de Thibalt ? C'était un artefact précieux… et un symbole de ralliement. Pour Candice, et sûrement aussi pour les Insoumis. Si Candice récupérait son sabre ET rejoignait l'Étoile Rouge, les Insoumis seraient déstabilisés. Ils auraient perdu leur chef pendant quelques mois pour un résultat nul, voire négatif. Cela avait de quoi causer des dissensions parmi certains, avec de la chance un soulèvement qui remettrait en question l'autorité d'Isamu.

Pendant que Candice réfléchissait et pondérait manifestement le pour et le contre de ses décisions, Dimma demeurait silencieux. Les mains dans le dos, il l'observait faire ses allers-retours.

Elle s'arrêta finalement, secoua la tête. Qu'avait-elle encore l'intention de faire ?

Elle lui tendit la main. Cela, c'était inattendu. Pas inespéré, mais inattendu.

— J'accepte votre aide et j'accepte aussi de vous aider. En ce qui concerne l'amitié... Navré de vous le dire, mais nous nous connaissons pas encore bien assez... J'accorde ma confiance... Avec grande difficulté. Mais soyez certain que mon investissement sera là.

Dimma leva les yeux au ciel. Il écarta la main de Candice, passa ses bras sous ceux de la jeune femme, et la serra contre lui.

— Candice, tu es la fille de mes amis. Cela fait de toi mon amie également, même si tu ne désires pas que j'en sois un pour toi, et c'est pour cela que je t'aiderai quoi qu'il arrive. Quoi qu'il t'arrive.

Il la lâcha et la prit par les épaules.

— Je ne vais pas te retenir. Tu souhaites sauver Isamu, j'ignore si c'est de l'Église Blanche ou de lui-même, je ne t'en empêcherai pas. J'estime que tu es assez mature pour savoir ce que tu fais. Je ne peux que t'enjoindre à la prudence. D'après ce que je sais, il se serait déjà évadé… et il paraît même qu'un Ancien l'aurait aidé. J'espère qu'il n'a pas compromis ses principes, ou qu'il n'est pas de mèche avec le Pontife pour assurer un avenir aux siens… mais méfie-toi.

Il la relâcha enfin.

— N'oublie pas. L'Étoile Rouge peut t'aider. Et elle te relèvera, où que tu tombes. Je te laisse les victuailles que je t'avais ramenées, je ne pense pas en avoir plus besoin que toi. J'espère te revoir bientôt, Candice.

Dimma tourna les talons et commença à s'en aller. Il stoppa net quelques mètres plus loin.

— Si jamais tu revois les amis qui m'accompagnaient quand je suis arrivé, auras-tu la gentillesse de les rediriger vers notre planque ? Nous occupons une vieille tour de garde abandonnée en périphérie de la ville. Je t'en remercierai généreusement.

_________________
#9933cc
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Rois sous la montagne [PV Candice]
Revenir en haut Aller en bas
Rois sous la montagne [PV Candice]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Les Rois sous la Montagne
» [Chanson] Sous la montagne est un trésor
» Thorin Oakenshield, roi sous la Montagne
» La cour du roi sous la montagne ◮ Thorin
» Garlzorg, le Roi sous la Montagne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Satkaon :: Satkaon :: Environs :: Montagne des Razorans-
Sauter vers: