Histoire de Satkaon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Avant tout :: L'essentiel :: Contexte
avatar
PNJ
PNJ
Voir le profil de l'utilisateur http://satkaon.forumactif.com
Messages : 52
Date d'inscription : 24/01/2017
MessageSujet: Histoire de Satkaon Mer 1 Fév - 18:42
Contexte

Nul ne sait quand le monde de Satkaon a vu le jour. Les premières traces écrites y faisant allusion sont datées du Moyen-Âge, mais il existerait des références antérieures dans les contes et les récits oraux, ou encore des indices présents dans des œuvres picturales. On ignore encore s'il s'agit d'une dimension qui précède la création de l'univers ou si elle lui est postérieure, mais une chose est quand même sûre : ce lieu abrite la source primaire de la magie, et cette source porte le nom de Shën.



Shën est le nom que les anciens, le peuple résidant à Satkaon, attribuent à leur dieu. Shën est en fait l'incarnation de la magie, un avatar que les flux ésotériques adoptent pour communiquer avec les mortels. Sa simple existence a fini par faire comprendre aux historiens, savants et religieux de Satkaon que la magie constitue une part vitale de l'existence. Elle est l'essence-même de l'être, ce que les philosophes et les ecclésiastiques du monde normal nomment l'âme. Ainsi Shën est en tout être vivant. Elle leur fait voir le jour, les nourrit, les fait grandir, et les quitte quand leur temps a expiré. Cependant, par un étrange coup du destin, la magie de Shën a suinté dans le monde normal, et a accordé à quelques-uns de ces êtres vivants des dons exceptionnels.

Cette poignée d'individus est devenue une population disparate d'êtres anormaux : parfois des créatures grotesques ayant plus en commun avec l'animal qu'avec l'homme, parfois des monstres suceurs de sang, parfois autre chose encore. Certains ont appris à maîtriser ce cadeau, ou cette malédiction, d'autres se sont abandonnés au désespoir… Aucun n'était identique, tant dans l'apparence que dans la mentalité. Et c'est à ce moment précis que les ennuis ont commencé.



Au début, quand dans le monde normal, les populations vénéraient des panthéons polythéistes et étaient superstitieuses, les êtres surnaturels avaient leur place. La majorité se mêlait à la foule inconsciente, cependant une minorité profitait et abusait de ses dons.

Cela commençait par de simples incidents isolés. Une disparition par-ci, une victime par-là, quelques animaux égorgés, des incendies déclarés mystérieusement… Des rumeurs se répandaient un peu partout concernant ces évènements, et les foules y réagirent différemment, en les ignorant, en prenant peur, ou… en prenant les armes.

Le pire dans toute cette affaire était que ces êtres surnaturels se reproduisaient. S’ils se comptaient tout d’abord sur les doigts de la main, en moins de deux générations, ils étaient partout. Ils se propagèrent plus vite qu’un virus et les incidents se multiplièrent de façon exponentielle. Il arriva en fin de compte ce qui devait arriver : la chasse fut déclarée.

Percevant la détresse de ses enfants, Shën se manifesta. Elle leur apparut en songe ou en pensée, adoptant la forme d’un être cher, et les exhorta à rallier Satkaon pour vivre en paix. Toutefois, le message ne fut pas interprété unanimement comme il le fallait, d’une part parce que les rêves déformaient ses propos, et d’autre part parce que, n’étant pas une entité mortelle… Shën n’était pas toujours la plus compréhensible.

Ainsi, des centaines de créatures surnaturelles se cachèrent aux yeux des humains au lieu de rejoindre Satkaon. Et parmi ceux qui partirent pour la terre promise… peu l’atteignirent. Et parmi ceux qui l’atteignirent… on n’eut plus jamais de nouvelles.

Les choses se tassèrent. Les chasses prirent fin et, avec le temps, les créatures qui s’étaient dissimulées dans l’ombre revinrent vivre dans la lumière. Les années passèrent, les gens oublièrent, et ceux qui étaient désormais nommés monstres prospérèrent une fois de plus.



Comme dans un cycle interminable, tout recommença. D’abord les incidents décousus, puis les abus, la méfiance… Néanmoins un évènement se produisit, un évènement qui allait non pas rompre le cycle, mais accélérer son processus : l’avènement du monothéisme.

Là où avant les démonstrations surnaturelles étaient respectées et craintes, elles étaient désormais méprisées et haïes. Des purges furent organisées, et l’extermination systématique des menaces, avérées ou imaginées, fut ordonnée. Ironiquement, ce qui avait débuté comme une excuse par des hommes peu scrupuleux afin d’éliminer leurs adversaires politiques se révéla être tout ce qu’il y avait de plus fondé. À nouveau découverts, les êtres surnaturels furent pourchassés, traqués, exécutés sans relâche dans une implacable chasse aux sorcières.

Entendant à nouveau l’appel à l’aide de ses enfants, Shën réapparut mais, ayant appris de ses erreurs (si tant est qu’une manifestation de flux puisse apprendre quoi que ce soit), adopta les traits d’une femme en armure aux longs cheveux blonds et aux yeux bleus, et prit soin d’apparaître tant en songe qu’en réalité.

Son message fut bien mieux interprété, et un exode massif se mit en place. Il fut long, il fut périlleux, mais des milliers de créatures purent ainsi être sauvées de la haine de leurs congénères sans pouvoirs. Quand bien même quelques êtres surnaturels avaient encore une fois mal compris le message, ou délibérément choisi de l’ignorer, les choses se calmèrent à nouveau.

Pour un temps.

Car la porte d’entrée vers Satkaon se situait à l’ouest, par-delà les limites du monde connu, là où l’on supposait que des chutes d’eau sans fin s’écoulaient dans le néant. En 1492, un explorateur italien prouva par accident que la Terre n’était pas plate, mais ronde. Dès cette année, d’innombrables humains se rendirent vers ce qui étaient les côtes américaines… et tout autant s’engouffrèrent dans la brèche fébrile qui séparait ce monde de Satkaon : le triangle des Bermudes.

Shën avait été prévoyante, pour une fois. Sachant que des humains sans pouvoirs ne pourraient raisonnablement pas survivre au milieu de ceux qu’ils avaient jadis persécutés, elle octroya à chacun d’entre eux une capacité extraordinaire… tout en restreignant celles des créatures surnaturelles, veillant ainsi à ce qu’aucune catastrophe ne ravage Satkaon. De plus, pour éviter que davantage d’humains ne découvrent ce paradis inespéré, Shën posta ses Gardiennes, des monstres grotesques à son image, autour de la brèche, de façon à ce que personne ne puisse revenir dans le monde normal.

Le cycle se perpétua. Toujours plus d’êtres surnaturels vivaient au sein de la société humaine. Régulièrement, quand ils en avaient besoin, Shën les appelait à la rejoindre. Le cycle avait retrouvé sa stabilité.



Quand la première heure du XXIème siècle sonna, le monde avait bien changé depuis ses jours primordiaux. Les êtres surnaturels étaient encore nombreux sur Terre, et avaient pris pour la plupart l’initiative de se dissimuler dans des villes qu’ils avaient bâties eux-mêmes. Plusieurs de ces havres de paix parsemaient les continents, invisibles aux yeux des humains, et abritaient de larges colonies de monstres et créatures extraordinaires. Ces lieux fonctionnaient le plus souvent en cité-état, avec leurs propres règles, leur propre police et leur propre politique.

Un jour, cependant, une ville lambda sur la côte est des États-Unis fut rayée de la carte. Des années plus tard, une autre ville, située en Asie, subit le même sort. Quelques temps après encore, ce fut le tour d’une ville dans le Missouri. Ces trois villes avaient toutes en commun de protéger des êtres surnaturels du monde qui les rejetait. Quelque chose, ou quelqu’un, s’en prenait à ces forteresses et finissait inévitablement par les détruire avec leur population.

Ces trois incidents, isolés en apparence, attirèrent l’attention de quelques humains chevronnés, qui découvrirent, ou plutôt redécouvrirent, la vérité. Ils redécouvrirent l’existence du surnaturel, ce qui donna lieu à une ultime chasse aux sorcières. Une ultime traque, un ultime massacre. Les villes encore isolées furent révélées au grand jour et pillées, ravagées et rasées.

Shën apparut à nouveau à ses enfants, les encourageant à fuir vers Satkaon une bonne fois pour toutes. N’ayant plus nulle part où aller, les êtres surnaturels prirent la direction du triangle des Bermudes, leurs tortionnaires sur les talons.

Aujourd’hui, plus rien ne retient ces créatures extraordinaires dans le monde normal. Leur existence est connue de tous, et si l’une d’entre elles ose faire étalage de ses capacités, elle sera pourchassée et éliminée. Les humains cherchent la porte d’entrée de Satkaon, sans relâche, et ceux qui y parviennent en sont à tout jamais prisonniers.

Hélas, la chose ou la personne qui a dévoilé l’existence du surnaturel aux yeux des humains rôde toujours. Shën ne s’inquiète pas, car elle sait que tout se fait selon la volonté du cycle… Mais la question demeure : le cycle convient-il à tout le monde ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Histoire de Satkaon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Satkaon :: Avant tout :: L'essentiel :: Contexte-
Sauter vers: