Le Magicien [fini]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Avant tout :: Suivi personnages :: Les présentations :: Validés
avatar

Feuille de personnages
Faction: Église blanche
Métier: Directeur du théâtre
Pouvoirs:
Anciens
Anciens
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 12
Date d'inscription : 03/06/2017
MessageSujet: Le Magicien [fini] Sam 3 Juin - 10:23

▬ ft. Le Comédien de The Last Temptation

Âge : 236 ans
Occupation : Directeur du théâtre
Nationalité : Satkaon
Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Groupe : Ancien
Faction : Église Blanche

Alsahir Cecil Alkhabith
Caractère
Le Magicien est un arnaqueur et un escroc compulsif. Puisqu'il a longtemps cru être l'enfant d'humains à don, le Magicien est un individu qui tente démesurément de compenser le complexe d'infériorité qu'il éprouve à l'égard de ses frères Anciens. Il ressent le besoin constant de jouer des tours aux gens et de les piéger dans ses machinations tordues, dans aucun autre but que de dominer son prochain. Il adore faire signer un contrat faustien aux personnes fragiles et crédules en leur faisant croire que cela protégera leur âme à leur mort. Ce ne sont bien sûr que des sornettes.

Si le Magicien se considère comme un individu raffiné et original, il n'est en réalité qu'un parasite qui se nourrit de la naïveté des autres.

Le Magicien fait une fixation obsessionnelle sur l'art du théâtre, fixation qui n'est qu'une conséquence de son cruel besoin de contrôler et d'asservir. À cause de son narcissisme flamboyant, de son amour pour le dramatique et de son incapacité à comprendre les gens plus “simples”, il a tendance à surélaborer ses manigances et à faire des choix qui lui compliquent excessivement la tâche. En public, il se montrera toujours affable, civilisé et d'une étrangeté comique frôlant l'imbécilité pure. Ce n'est qu'une façade délicate qui masque ses intentions les plus sordides, mais il lui arrive de tellement s'en persuader qu'il oublie son but premier…

Le Magicien est également prompt à se laisser distraire par un nombre incalculable de petites choses, comme une jolie paire de jambes, un cerf-volant ou encore un bisei hyperactif. Qu'il le veuille ou non, il reste son propre pire ennemi.

La seule personne qu'il craigne réellement est peut-être sa femme, Justice, la fille du Pontife. Elle est la seule entité au monde que ses illusions n'affectent pas, tout comme elle est la seule à connaître son deuxième prénom (qu'il juge embarrassant).
Pouvoirs et caractéristiques physiques
Listes de pouvoirs :
Pouvoir passif : Sa frustration augmente la puissance de ses illusions.
Pouvoir actif :
• Illusions : le Magicien est un très puissant illusionniste et est capable de faire voir, entendre ou ressentir à peu près tout ce qu'il désire à ses interlocuteurs, au point de faire croire qu'il peut altérer la réalité. Il se sert le plus souvent de ce pouvoir pour construire des mondes et inventer des chimères invraisemblables, ce qu'il fait qu'il n'est presque jamais en danger physique.
• Métamorphose : le Magicien peut se transformer en petit chat ou en hibou. Ses vêtements suivent le mouvement, à l'exception de son chapeau.


Caractéristiques spéciales : précisez ce qui ne se voit pas sur l'avatar (armes, cicatrices, etc).
Changement physique dû à l'utilisation de ce pouvoir : yeux qui changent de couleur ? Apparitions de quelque chose sur son corps ?
Histoire

Alsahir Cecil Alkhabith est le résultat de la passade entre un Ancien et une humaine à don. La jeune femme résidait dans un refuge et aidait dans les fermes pour survivre. Sa rencontre avec un Ancien, qui s'éprit de sa beauté, changea drastiquement sa vie. Elle fut invitée à officier en tant que servante chez lui, bien que ce fût en réalité pour la rapprocher de lui sans éveiller les suspicions de sa famille.

Bientôt, la servante tomba enceinte de son maître. Elle réalisa rapidement son état, et jugea préférable d'en tirer le meilleur parti en faisant chanter son amant. Au début, elle n'exigeait que de petits avantages et des babioles, mais plus la grossesse avançait, plus il devenait difficile de la masquer, et plus la jeune femme se montrait cupide et égocentrique. Surestimant outrancièrement son importance, elle réclama de prendre la place de la femme de l'Ancien qui, elle, n'était pas du tout intéressée par l'idée de lui produire un héritier. L'Ancien interpréta cette prétention pour ce qu'elle était : une ambition aveugle. Une nuit, il ramena la servante dans son refuge et l'y abandonna, lui signalant que, aurait-elle beau clamer et hurler à qui voudrait l'entendre la véritable parenté de son enfant, personne n'y prêterait attention parce qu'elle n'était qu'une roturière seule et sans intérêt.

Finissant par saisir tous les désavantages d'une mère célibataire, humaine à don de surcroît, Mary épousa à la sauvette un apothicaire itinérant. Ce médecin, Altabib Alkhabith, était en réalité un escroc qui vendait des fioles aux vertus soi-disant thérapeutiques, mais qui n'étaient que de vulgaires précipités sans effet.

Altabib Alkhabith n'était pas particulièrement intelligent, aussi crut-il que Mary l'épousa par amour et qu'il était le père de l'enfant qu'elle portait. Altabib était en vérité quelqu'un de stupide, mais il possédait le pouvoir de charmer n'importe qui avec sa voix. Une capacité très utile s'il n'était pas ivre les trois quarts du temps.

Mary finit par accoucher d'un petit garçon, prénommé Alsahir Cecil. À chaque fois qu'on lui demanderait pourquoi, la mère répondrait un laconique "Pourquoi pas ?".

Il devint très vite évident qu'Alsahir n'était pas un enfant comme les autres. Son pouvoir s'était manifesté à peine quelques mois après la naissance, toujours par crises irrégulières qui dépendaient de sa détresse. Quand il fut plus âgé, et plus à même de contrôler son don, Alsahir fut embringué par son père dans ses magouilles.

Le chiffre d'affaires explosa. Sans pour autant devenir immensément riche, la famille Alkhabith put prendre ses aises, et s'adonner à divers loisirs d'ordinaire inaccessibles aux gens de leur rang, comme par exemple le théâtre. Au grand désarroi d'Altabib, homme pragmatique par défaut, Mary tenait à ce que son fils apprécie les arts raffinés. Alsahir appréciait les sorties au théâtre, qui le sortaient du quotidien brut de son père, tandis que Mary, elle, se les appropriait pour se montrer et montrer son enfant en public, car elle espérait secrètement qu'à force d'en vanter les mérites, elle attirerait à nouveau l'attention de celui qui l'avait répudiée.

Alsahir grandissait et se rendait compte progressivement de la perversion de ses parents. Plusieurs fois, il usait de son pouvoir pour filer en douce au théâtre et espionner les répétitions ou les spectacles. Le théâtre était devenu son seul refuge hors d'un monde qui le voyait comme un outil. Il ne savait pas lire, il ne savait pas écrire, il ne savait pas compter, et il avait l'impression que sa vie se résumerait à aider Altabib à entourlouper les manants.

Étrangement, ce fut le hasard qui modifia le cours du destin de manière drastique. Surpris par son père dans la rue alors qu'il se rendait une nouvelle fois au théâtre, Alsahir prit la fuite. Dans sa panique, il ne contint plus son pouvoir d'illusion. Altabib le poursuivit… uniquement pour se casser la nuque dans un fossé qui se révéla juste sous ses pieds.

Ce fut à peine si son corps eut le temps de refroidir que Mary se mettait déjà en quête d'un nouveau bienfaiteur pour assurer son ascension sociale d'abord, sa survie ensuite. Elle emmena son fils à la cathédrale de l'Église Blanche afin d'attester sa paternité. Avec le recul, Alsahir se demanderait comment elle n'avait pas vu à quel point cette idée était stupide tant dans sa conception que dans sa réalisation.

Mary fut incarcérée dans les geôles de la cathédrale et Alsahir fut confié aux services de l'Église Blanche, qui tâchèrent de lui faire rattraper son retard éducatif, et de l'élever selon les codes des Anciens. À son grand désarroi, Alsahir fut envoyé dans la pire des institutions : l'école. Ainsi débuta l'une des périodes les plus déplaisantes de sa vie.

Dès qu'il en trouvait l'occasion, Alsahir s'éclipsait pour se rendre au théâtre. Il se faisait inévitablement rattraper, mais qu'importait, il recommençait sitôt que l'opportunité s'en présentait. Se conformer aux règles des institutions l'étouffait, il avait l'impression de perdre son individualité.

Ce sentiment de malaise se renforçait notamment à cause des mauvais traitements de ses camarades Anciens, qui s'amusaient à se moquer de lui et de son ascendance humaine. Un jour qu'il subissait à nouveau les brimades des autres enfants, il fut secouru par une jeune fille de son âge. Réagissant comme un animal blessé, Alsahir déchaîna son pouvoir… pour s'apercevoir que sa sauveteuse y était complètement immunisée. Le garçon développa alors une obsession pour cette étrangère et entreprit de découvrir qui elle était. Il ne lui fallut même pas une journée pour apprendre qu'il s'agissait de Justice Praetor… la fille du Pontife lui-même.

Avec le temps, Alsahir se lia d'amitié avec Justice et les deux enfants devinrent bientôt des amis inséparables. Le jeune garçon l'emmenait souvent dans sa cachette au théâtre et lui contait comment un jour il deviendrait un jour metteur en scène et ferait rêver les gens à son tour. Toutefois, le Pontife ne voyait pas cette relation d'un très bon œil, car il considérait Alsahir comme un fainéant doublé d'un bon-à-rien (ce en quoi il n'avait pas totalement tort, car le garçon préférait traînasser et rêver plutôt que de travailler et faire des efforts).

Tout bascula pour Alsahir autour de ses seize ans, quand une petite révolte liée à la brusque émergence de l'Ordre de Sainte Emeline provoqua la mort de la mère de Justice. Le jeune homme abandonna définitivement ses études, et accueillit son amie dans leur cachette. Heureux de la voir enfin hors de l'emprise de son père, en dépit des circonstances tragiques, il parvint à la convaincre de rester avec lui afin de mener une vie de bohème, pas forcément honnête mais au moins libre de toutes contraintes.

Pendant un temps, ils firent cela, lui usant des stratagèmes de son père et de son pouvoir pour exécuter des tours de prestidigitation et elle l'accompagnant en musique. Finalement, Alsahir réalisa combien ses envies étaient néfastes pour son amie, et se résolut à la laisser retourner auprès de son père car il savait qu'elle serait ainsi plus heureuse… ou tout du moins préservée d'une vie sans avenir.

Alsahir reprit la route tout seul, hantant les rues de Satkaon, développant peu à peu sa personnalité actuelle au fil de ses rencontres et de ses arnaques. Bientôt, il adopta le surnom dont les badauds l'affublaient : le Magicien. Il le trouva adapté à ses envies et conforme à son comportement, et décida de le conserver. Après tout, si les autres le voyaient ainsi plutôt que comme le fils bâtard d'une humaine égoïste, c'était une amélioration. Il songeait parfois au destin de sa mère, et raisonnait en général que de toute façon, elle l'avait bien mérité.
De temps à autre, le Magicien retrouvait Justice, à l'insu de son père, et l'amenait au théâtre. Sa personnalité lui était moins plaisante. Il était devenu plus grandiloquent, plus dédaigneux envers les autres. Ses rêves avaient pris une tournure nettement plus cynique, grinçante. Il demeurait toujours charmant avec elle… mais quelque chose en lui avait définitivement changé. Elle lui fit la remarque et lui dit qu'il serait bon pour lui d'avoir un véritable métier, quelque chose de stable qui le responsabiliserait, et que même le Pontife pourrait l'aider à obtenir un emploi. Le Magicien s'offusqua et se résolut à rompre tout contact avec son amie, jugeait qu'elle devait d'abord s'occuper de ses affaires à elle avant de venir lui faire la morale.

Il ne tarda pas à se rendre compte du bizarre sentiment de vide qu'il ressentait. Maintenant qu'il se forçait à ne plus voir Justice, c'était comme si plus rien n'avait de goût, ni de saveur. Cependant, ce qu'elle lui avait dit était si blessant qu'il ne pouvait se résoudre à ravaler sa fierté pour la voir. Aussi l'espionnait-il de temps à autre, afin de voir ce qu'elle faisait, où elle se rendait. Ce petit jeu du chat et de la souris dura une année entière.

Le Magicien confronta son amie un jour alors qu'elle se rendait au monument aux morts. Il avait tout organisé, tout planifié, manipulant les passants et les évènements pour se retrouver face à elle "fortuitement" le moment venu. Il avait préparé jusqu'à son discours.

Les mots ne sortirent pas quand il se trouva planté devant elle. Ce fut même Justice qui agit la première, l'embrassant sur la bouche… avant de lui décocher la plus fabuleuse gifle qu'il eût jamais reçue de sa vie. Ensuite, elle lui signala qu'elle ne le voulait plus le revoir pendant un an.

Un an plus tard très exactement, le Magicien retrouva Justice au même endroit. Et elle n'était pas du tout contente. Elle était à vrai dire carrément furax. Alsahir apprit ainsi sa toute première leçon quant à sa relation avec les femmes : elles trouveraient toujours un moyen de lui en vouloir pour quoi que ce fût. Justice n'était que l'effrayante incarnation de cette leçon. Elle lui imposa un ultimatum, le menaçant qu'il la perdrait à jamais s'il n'assumait ses sentiments.

Pour la première fois de sa vie, le Magicien ravala sa fierté, s'avoua vaincu et entama sa relation avec Justice. Il ne fallut pas deux ans à son amante pour qu'elle le demande en mariage, essentiellement dans le but d'ennuyer le Pontife. Le Magicien sauta sur l'occasion, mais ce faisant se retrouva les mains liées par des promesses indéfectibles : épouser Justice impliquait qu'il fasse lui aussi partie de l'Église Blanche, et pour le garder définitivement à l'œil, fit en sorte qu'il devienne le directeur du théâtre. Sous couvert d'un cadeau, il lui imposait ainsi des responsabilités et des devoirs auxquels il devrait s'astreindre.

Avec le temps, le Magicien réalisa combien la précipitation de sa relation avec Justice était néfaste. Il l'aimait tendrement, mais ils se disputaient régulièrement pour tout et rien, signe qu'ils étaient trop différents l'un de l'autre pour réellement fonctionner en tant que couple. Dès qu'il le pouvait, Alsahir s'éloignait du théâtre, conscient que s'il passait trop de temps à sa tête, il finirait par le détester, et il était presque sûr que c'était le plan initial du Pontife.

Pseudonyme : le Magicien
Âge : 26 ans
Commentaire : DC de Dimma

À votre propos

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnages
Faction: Église blanche
Métier: Chef des douanes
Pouvoirs:
Anciens
Anciens
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 15
Date d'inscription : 10/06/2017
MessageSujet: Re: Le Magicien [fini] Sam 10 Juin - 23:12
Mon chat?


_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
PNJ
Voir le profil de l'utilisateur http://satkaon.forumactif.com
Messages : 65
Date d'inscription : 24/01/2017
MessageSujet: Re: Le Magicien [fini] Dim 18 Juin - 16:24
Bienvenue Magicien

Tu es à présent validé ! Tu peux désormais commencer à RP et poster tes demandes pour jouer ici.

Je t'invite à te rendre dans la partie expérience du personnage dès que possible. Tu pourras y poster un récapitulatif de tes RPs (obligatoire), un résumé de l'évolution de ton personnage, c'est-à-dire les nouveaux pouvoirs qu'il obtient, son état d'esprit et ses changements physiques (obligatoire), et une liste des liens que tu souhaites développer (facultatif).

Je t'invite également à poster une demande de métier et une demande d'habitation pour finaliser l'intégration de ton personnage à Satkaon, mais ce n'est ni obligatoire, ni urgent.

Comme signalé dans le règlement nous te demandons au moins une connexion toute les deux semaines, afin de faire vivre au mieux le forum. Au cas où tu serais dans l'impossibilité de respecter cette règle, pense à signaler une absence.

Si tu as des questions sur quoi que ce soit, le staff est disponible et à ton écoute. Il ne me reste plus qu'a te souhaiter une bonne aventure sur Satkaon.

Bon jeu !


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le Magicien [fini]
Revenir en haut Aller en bas
Le Magicien [fini]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Dandelo [Clown & Magicien]
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Présentation Romuald le Magicien
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Satkaon :: Avant tout :: Suivi personnages :: Les présentations :: Validés-
Sauter vers: