Ciel mon épouse ! [PV Justice]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Satkaon :: Commerces :: Théâtre
avatar

Feuille de personnages
Faction: Église blanche
Métier: Directeur du théâtre
Pouvoirs:
Anciens
Anciens
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 11
Date d'inscription : 03/06/2017
MessageSujet: Ciel mon épouse ! [PV Justice] Lun 3 Juil - 16:32
Ciel mon épouse !

— Non non non ! Moins d'émotions et plus de jambes !

Ça ne manque pas. Le metteur en scène me flanque à la porte de la salle de répétition, estimant qu'apparemment, en tant que directeur, je n'ai pas à m'occuper de la “direction” des acteurs.

Moi ! On me met à la porte de ma salle de répétition ! À moi ! Je 'lucine totalement, là. Et attendez, c'est pas n'importe qui, qui me fout dehors, non non non ! C'est un humain à don ! Saleté d'humain ! Tu leur donnes ça, ils te prennent tout ça !

… Ça ne se voit pas, mais je mime, en fait, la main que je leur donne, puis le bras qu'ils me prennent. C'est… euh… c'est un brin embarrassant. Regardez, là-bas !

Un inquisiteur !

Non mais je ne blague pas, en plus, il y a vraiment un inquisiteur. Il se ramène, engoncé dans sa longue robe blanche, croulant sous le poids, à n'en pas douter abominable, de son masque d'or. Sérieusement, qui a eu l'idée de choisir cette tenue ? Je me le demande vraiment.

Je descends l'escalier du hall, à la fois curieux et intrigué. Il n'y a personne d'autre, et puisqu'il me fixe avec insistance, j'en déduis sans trop de mal que l'inquisiteur est manifestement là pour moi. Allons bon. Beau-papa a-t-il décidé de passer à l'étape supérieure, de faire fi de la subtilité et de me coller un sbire pour m'espionner en permanence ? Ça ne lui serait pas si étranger, comme comportement, à vrai dire. Ça serait même faire justice à son attitude usuelle à mon égard.

Tiens, en parlant de Justice ! Si ça se trouve, c'est elle qui envoie cet inquisiteur pour me fliquer ! Et ça non plus, ça ne serait pas réellement exagéré, compte tenu de son attitude usuelle à mon égard.

Ah, douce Justice, douce douce Justice ! Pourquoi fus-tu si courroucée ? Que fis-je pour mériter ta colère, ta fureur ?

— Bonjour, Sire Alkhabith, me lance le spadassin sitôt que descends de la dernière marche. Pourrais-je m'entretenir avec vous ?
— Ah. À quel sujet ?
lui réponds du tac au touk.
— Au sujet de Candice Eizen.

Aïe.

Candice. Ma précieuse Candice ! Les jambes de 3 kilomètres de ma précieuse Candice !

— Et alors ?
— Elle était retenue à la cathédrale, et est parvenue à s'évader.
— La gredine.
— Nous savons qu'elle travaillait ici en tant que comédienne. Peut-être auriez-vous été en contact avec elle, récemment ?


Je rêve ou il insinue que je cacherais Candice Eizen dans mon placard juste pour ennuyer mon Pontife de beau-père ?

Il aurait carrément raison de le penser MAIS la vérité est ailleurs.

— Non.

Je rêve ou vu sa tête, il ne me croit pas ? Je rêve ou j'ai déjà dit je rêve ? Non sérieusement, comment pourrait-il ne pas me croire ? Presque comme si MOI j'étais un habitué de la magou… une minute…


Avec le Magicien, dans le rôle du fringuant héros accusé à tort :
Avec Justice, dans le rôle de l'actrice pas encore là :

©City pub

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnages
Faction: Église blanche
Métier: Chef des douanes
Pouvoirs:
Anciens
Anciens
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 9
Date d'inscription : 10/06/2017
MessageSujet: Re: Ciel mon épouse ! [PV Justice] Sam 22 Juil - 1:14

Justice
Alkhabith

Cécil
Alkhabith

Qu'est-ce qu'il a fait encore ?!
L’Église Blanche ne connaît plus de journées tranquille depuis bien longtemps... C'est pour ça que j'ai arrêté la musique pour me consacrer à elle, tout en faisant mon travail de chef de douane afin que je puisse contrôler au mieux les habitants et surtout les mettre en confiance... Chose pas évidente, tout le monde à leur raison de ne pas vouloir nous faire confiance, se sont des gens minoritaire, mais ils sont bien là... Mais bon sang pourquoi... POURQUOI EST-CE QUE MON FICHTRE DE MARI FAIT PARTIE DE CETTE MINORITÉ ?! Non mais sérieusement... Qu'il ne supporte pas mon père ça encore, je comprends... Mais alors pourquoi, mais POURQUOI en plus de ça il décide de foutre la merde ? Il ne s'est pas dit une fois dans sa putain de tête que ça me causerai problème ?! On avait des cartes en main pour pouvoir arranger les choses, on détenait Candice Eizen et le leader des Insoumis. Et lui qu'est-ce qu'il fait ?! IL LIBERE ISAMU KAZUNAGA LEADER DES INSOUMIS ! Comme si la fuite d'Eizen par un homme masqué ne suffisait pas, il FALLAIT qu'il mette son grain de sel ! Qu'est-ce qui me fait dire que c'est lui qui l'a libéré ? C'est simple, c'est arrivé le jour même où il s'est pointé à la cathédrale déguisé en livreur pour livrer ses faux crocodiles ! Le hasard et bien trop grand, surtout quand on sait que notre prisonnier ne peut pas s'échapper seul. Mais la n'est pas le pire... Alsahir Cecile Alkhabith est mon mari. Et donc au lieu d'user ce lien pour que je l’interroge concernant Eizen et Kazunaga... ON Y ENVOI UN INQUISITEUR ! Non mais... Sérieusement ? 

Furieuse de toutes ces nouvelles, je me dirige en marche rapide vers le théâtre. Lorsque je rentre l'Inquisiteur de met déjà à crier... Bah tiens donc... Ce n'est pas pour rien que je disais que c'était une mauvaise idée. 

« Inutile de vous moquer de nous Sire Alkalbith, arrêtez de mentir et avouer que vous avez eux contact avec Mlle Eizen pour ensuite aller libéré Mr Kazunaga ! »

Il lève la main vers celui qu'on appel le Magicien, c'est à ce moment là que je vois rouge. Je tends ma main vers l'inquisiteur le regard rempli de haine et cristallise ses mains qui font sortir du cristal sur mes joues. Ma colère était tellement intense que j'en oublie la douleur qu'elle me procure. 

« On peut savoir que ce que tu avais l'intention de lui faire ?! »

La marche rapide le regard toujours rempli de colère, je me dirige vers l'inquisiteur et le saisie par le col et le tire vers moi laissant ses mains prisonnières du cristal.

« Encore un dérapage dans ce genre et je te tue. »

Je le pousse violemment en arrière. Et me met à hurler.

« DÉGAGE MAINTENANT ! »

Je me tourne enfin vers Cécile et le pointe du doigt toujours aussi en colère, les cristaux encore présent sur mes joues avec un léger filet de sang.

« TOI ! »

Je m'avance vers lui et lui dit sèchement.

« Dans ton bureau et de suite, et inutile de me faire croire que tu n'en as pas sinon je t'y emmène par la peau des fesses ! »


_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnages
Faction: Église blanche
Métier: Directeur du théâtre
Pouvoirs:
Anciens
Anciens
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 11
Date d'inscription : 03/06/2017
MessageSujet: Re: Ciel mon épouse ! [PV Justice] Lun 24 Juil - 23:43
Ciel UN MONSTRE !

— Inutile de vous moquer de nous, sire Alkhabith !

Keumment ?! Moi, me moquer d'un représentant du pouvoir en place ?! Comment peut-il m'avoir cerné si aisément ? Suis-je si transparent ? Maï maï maï, je me sens insipide.

— Arrêtez de mentir et avouez que vous avez eu contact avec Mlle Eizen pour ensuite aller libérer M. Kazunaga !

Non mais faut pas exagérer, non plus, Monsieur l'agent ! Elle m'a dit qu'elle était majeure !



Mauvaise situation. Rembobinons, et oubliez ce que vous venez de lire.

Non mais faut pas exagérer, non plus, Monsieur l'agent ! Je n'ai rien fait de tout ce dont on m'accuse, je ne suis que la victime infortunée des évènements que j'ai mis en marche !

Avant qu'il puisse me faire du mal, cependéanmoins, mon bonheur de femme intervient.

C'est peut-être un pire scénario encore que ce que j'avais imaginé. Et j'ai BEAUCOUP d'imagination.

Les mains de l'Inquisifouineur s'encastrent dans du cristal tandis que la licorne de mon existence vient le secouer.

— On peut savoir ce que tu avais l'intention de lui faire ?!

Absolument rien. La prudence est de mise, mon z'amour z'éternel, et je crois que je vais m'éclipser en silence. Subrepticement. En tapinois.

— Encore un dérapage de ce genre et je te tue !

… c'est à lui ou c'est à moi qu'elle dit ça, mon abeille miraculeuse ? Par esprit de survie, purement et simplement, je vais croire qu'elle me dit ça et moi et me faire la malle.

Je commence à m'éclipser en silence. Subrepticement. En tapinois. Sur la pointe des pieds. Lentement. Si elle ne me voit pas, elle ne me mangera pas.

— DÉGAGE MAINTENANT !

Oui chef ! Fuyez pour vos vies ! Les magiciens et les chatons d'abord !

— TOI !

Iik ! Je n'existe pas ! Je ne suis qu'un fragment de ton imagination ! Une invention de ta psyché pour supporter le décès tragique de ta mère ! Je ne suis pas, rien qu'un fantôme d'une autre continuité spatio-temporelle ! Je ne suis…

— Dans ton bureau et de suite, et inutile de me faire croire que tu n'en as pas sinon je t'y emmène par la peau des fesses !

Je déglutis bruyamment, et me retourne lentement. Contraint. Résigné. Je papillonne des cils et tente un vain sourire candide.

— Que se passe-t-il, mon café crémeux ? Quelque manant aurait-il contrarié ta journée aux douanes ? Veuilles-tu que j'aille le punir, mon chocolat caramélisé ?

Gagne du temps, adoucis-la, pense à ta survie ! Tu peux le faire, Magicien, tu as ça dans le sang, la survie !

C'est pas comme si la fille de ton Pontife de beau-père avait la destruction dans le sien…

Je tends soudain le doigt derrière elle.

— REGARDE LÀ-BAS ! m'écrié-je sans crier gare. UN HOMME QUI N'A PAS DE PAPIERS !

FUYONS DANS L'AUTRE SENS ! Ni une ni deux ni douze, je prends mes jambes à mon cou et je me taille en quarante-sixième vitesse ! Je te me nous négocie le virage dans l'escalier et l'instant d'après je suis dans mon bureau.

Je ferme les seize serrures que j'avais fait installer exprès pour retenir mon bonheur de femme, et je me barricade. Je pousse mon secrétaire, mon armoire, mon coffre-fort et même ma cage à canari (BON SANG MAIS QU'EST-CE QU'ELLE FAIT LÀ CETTE CAGE À CANARI ?! Concentre-toi, concentre-toi, survis !). Je me laisse enfin tomber au sol et je pousse un soupir de soulagement.







J'ai envie d'pisser, c'est con…


Avec le Magicien, dans le rôle du courageux fuyard :
Avec Justice, dans le rôle de mon bambou coloré :

©City pub

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnages
Faction: Église blanche
Métier: Chef des douanes
Pouvoirs:
Anciens
Anciens
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 9
Date d'inscription : 10/06/2017
MessageSujet: Re: Ciel mon épouse ! [PV Justice] Mer 9 Aoû - 23:44

Justice
Alkhabith

Cécil
Alkhabith

Qu'est-ce qu'il a fait encore ?!
Je ne suis pas dupe, tout le monde à l’Église Blanche l'a aisément deviné. Le hasard était bien trop grand, et j'ai beau y réfléchir pendant plusieurs jours, je ne saurais toujours pas dire pourquoi est-ce qu'il agit ainsi. Pour faire chier mon père oui, mais qu'est-ce que ça lui apporte concrètement ? Qu'est-ce qu'il va faire le jour où il décidera de ne plus l'épargner ? Ouais bon pas la peine de chercher plus loin. Il fallait que je lui fasse cracher le morceau et qu'il comprenne que je suis fatigué de devoir rattraper ses bêtises.

— Que se passe-t-il, mon café crémeux ? Quelque manant aurait-il contrarié ta journée aux douanes ? Veuilles-tu que j'aille le punir, mon chocolat caramélisé?

Bras croisé, je soupire. Cette imagination pour les surnoms tout de même. Je le fixe méchamment n’appréciant pas le fait qu'il ne s'exécute pas de suite pour aller à son bureau. Mais au lieu de ça une fois de plus il a décidé de faire le pitre. 

— REGARDE LÀ-BAS ! UN HOMME QUI N'A PAS DE PAPIERS !

Je reste devant lui à le fixer bras croisé soupirant d'exaspération quand il se met à courir dans le sens opposé du bureau. Je le suis en marchant partant dans l'optique qu'il ne peut de toute façon pas aller bien loin vu qu'il se précipite vers un cul de sac. Alors que j'arrive enfin à son niveau, je me mets à sourire. Il s'est piégé lui-même avec son pouvoir d'illusion. J'avance vers la porte fermé et la traverse comprenant de suite que ce bureau n'est qu'illusion. Nous sommes partie au sens opposé de celle-ci. De plus, cet endroit est censé être qu'un simple couloir sans porte ni rien. Je me dirige alors vers lui décidé, traversant toutes les illusions qui me barre la route. Une fois en face de lui toujours les bras croisé, je lui dis.

« Je ne suis pas d'humeur à jouer Cécile et encore moins le temps. »

Mon regard est froid et agacé.

« Tu veux VRAIMENT que je t'emmène de force à ton bureau qui est à l'opposé de notre destination actuel.»

Je me frotte les joues d'une main pour essayer le filet de sang que m'ont infligé les cristaux lors de mon utilisation de pouvoir. Il faudrait vraiment que j'utilise ce pouvoir qu'en cas d'urgence... Mais attend... C'ÉTAIT UNE URGENCE ! CE CONNARD D'INQUISITEUR ALLAIT S'EN PRENDRE MON SÉDUISANT, MAIS STUPIDE MARIE. Je m'approche d'un pas étant pratiquement collé à lui et lui parle un peu plus bas de sorte à ce qu'il soit le seul à m'entendre.

« Tu ne veux pas qu'on discute des accusations qui se porte sur toi à lieu ouvert. Donc s'il-te-plaid, ne m'oblige pas à utiliser la violence pour que tu ailles à ton bureau. Même de mauvaise humeur, je déteste ça. »

Je recule d'un pas, un filet de sang coule encore sur ma joue que j'essuie d'un revers de bras.

« Je doute façon, il reste la certitude que c'est toi qui as libéré le chef des Insoumis. Le hasard est bien trop grand. Tu débarques en livreur de crocodile et pouf, à plus le leader de la faction des Insoumis. »

Je pointe le chemin qui se trouve derrière moi et lui dit froidement. 

« Maintenant continuons cette conversation au bureau. Je ne te laisse de toute façon pas le choix, je ne suis pas d'humeur comme tu as pu le voir. »

Il faudrait être aveugle pour ne pas remarquer ma colère de toute façon.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnages
Faction: Église blanche
Métier: Directeur du théâtre
Pouvoirs:
Anciens
Anciens
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 11
Date d'inscription : 03/06/2017
MessageSujet: Re: Ciel mon épouse ! [PV Justice] Dim 13 Aoû - 15:22
Ciel un potichat !

C'est au moment précis où mon bonheur de femme traverse la porte et la barricade que je réalise que j'aurais dû continuer mes études d'architecte.

— Je ne suis pas d'humeur à jouer Cécile et encore moins le temps.

J'ignore quoi répondre, car je crois qu'il n'y a, de toute façon, rien à répondre.

— Tu veux VRAIMENT que je t'emmène de force à ton bureau qui est à l'opposé de notre destination actuel.

Iik ! Non ! Non ! Je peux le faire moi-même ! Je veux dire, hé hé, après tout, qui n'a jamais craint de se faire détruire atomiquement par son épouse adorée, hein ?

Elle s'approche encore et je tente de reculer mais je n'ai plus nulle part où aller. Ou alors j'ai vraiment un endroit où aller mais mon subconscient coupable ne m'en laisse pas l'opportunité.

Le sale petit traître…

— Tu ne veux pas qu'on discute des accusations qui se portent sur toi en lieu ouvert.

Je ne le veux pas du tout, NUANCE !

— Donc s'il-te-plait, ne m'oblige pas à utiliser la violence pour que tu ailles à ton bureau. Même de mauvaise humeur, je déteste ça.

Ouais, eh bien, figure-toi, amour de mon existence, que je crois au contraire que tu apprécies de me torturer. Sinon tu ne crierais pas dessus à chaque fois soi-disant parce que je laisse les portes des placards ouvertes alors que c'est toi.

— De toute façon, il reste la certitude que c'est toi qui as libéré le chef des Insoumis.

Même pô vrai. J'ai peut-être, je dis bien PEUT-ÊTRE, assisté passivement à son évasion. Sur sa tête. Après lui avoir fourni les moyens de sortir de sa geôle. Mais jamais, je dis bien JAMAIS, n'ai-je par moi-même, de ma propre main si délicate, fait en sorte de…

— Le hasard est bien trop grand. Tu débarques en livreur de crocodile et pouf, à plus le leader de la faction des Insoumis.

Euh…

Je veux un avocat.

Non. Je veux une armée d'avocats. Et une armée de soldats. Des soldavocats. Pour me protéger physiquement et légalement. Maintenant.

— Maintenant continuons cette conversation au bureau. Je ne te laisse de toute façon pas le choix, je ne suis pas d'humeur comme tu as pu le voir.

Bon. De toute évidence, je n'ai pas le choix. Il va falloir sortir le grand jeu si j'espère m'en sortir vivant. Et je ne serais pas le fils de mon père si je ne cherchais pas à m'en sortir vivant. On est un peu comme une dynastie de cafards. On a beau essayer de nous écraser, on est toujours là. Increvable, la dynastie Alsahir.

Cafardeux, donc, je me transforme en petit chat et lui bondit sur l'épaule.

— Alors montre la voie, ma cerise en chocolat. Tu vois bien que je ne puis ouvrir moi-même la porte du bureau quand nous y serons, puisque je ne dispose d'aucun pouce. Et n'oublie pas mon couvre-chef. Il faut que tu comprennes, mon lapin à la cannelle, que jamais je n'ai cherché à te décevoir. Je voulais seulement que tu retrouves la paix intérieure. Maintenant que la Kazunouille est en liberté, ton père sera à nouveau concentré à lui faire la chasse et tout ira mieux pour toi. Je l'ai fait – et je n'ai rien fait, je tiens à le souligner – dans l'intérêt de ta famille.

Et voilà. Caïd de l'embrouille. Cafard du début à la fin. Mon papa serait tellement fier s'il n'était pas… vous savez… mort.

Pour faire bon effet, je léchouille rapido la joue de mon bonheur de femme, et je ronronne pour la forme.

Je suis le meilleur.


Avec le Magicien, dans le rôle du mec coincé :
Avec Justice, dans le rôle de mon parquet flottant :

©City pub

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ciel mon épouse ! [PV Justice]
Revenir en haut Aller en bas
Ciel mon épouse ! [PV Justice]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La justice de Raphael [Terminé]
» HAITI-Justice : Un Système Judiciaire Qui Pirouette.
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» Les oubliés de la Justice haitienne...
» Haïti : La justice américaine émet un mandat international contre l’ex-président

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Satkaon :: Satkaon :: Commerces :: Théâtre-
Sauter vers: