En quête de rédemption [ft. Le Magicien]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Satkaon :: Temples :: Cathédrale de l'Église Blanche
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: En quête de rédemption [ft. Le Magicien] Dim 9 Juil - 16:43

En quête de rédemption
ft. Le Magicien
_________________________________________________

Pitoyable. C'était probablement le mot qui convenait le mieux au Leader des Insoumis... si le grade de chef pouvait lui être encore accordé. Isamu avait vécu une fulgurante descente aux enfers dont il était l'unique responsable. L'homme n'était plus que l'ombre de sa réputation. Une ombre noyée dans les ténèbres dont les dernières lumières venaient de s'éteindre.

La mission de sauvetage s'était finalement avérée être une mission suicide. A vrai dire, c'était sans réelle surprise. La précipitation avait pris le pas sur l'organisation et le résultat était donc finalement le seul prévisible. Tout s'était passé si vite... L'empathie d'Isamu fut le déclencheur de cet échec mais l'Insoumis n'avait pu refuser la demande du vieillard malgré les lourdes conséquences de cette dernière. Comme si cela n'était pas suffisant, l'intrusion d'un Inquisiteur força les deux alliés temporaires à se séparer, laissant le chef Insoumis désemparé devant l'adversité.

Face à cet échec cuisant, Isamu ne pu faire quoi que ce soit et termina à sa juste place : en cellule.

Il est difficile de dire combien de temps l'Insoumis resta là, immobile, comme tétanisé par les événements. Il fallu attendre de longues minutes pour voir son corps, jusque là inanimé, bouger. Les yeux bandés, Isamu ne pouvait prendre connaissance de sa situation actuelle. La décharge provoquée précédemment par Vinur faisant encore effet, le corps de l'Insoumis était insensible à toute douleur. Il lui était donc impossible de sentir le métal froid des menottes qui le maintenaient contre le mur et ce, malgré les entailles déjà creusées au niveau de ses poignets et chevilles. Comme par réflexe, Isamu se débattu alors pour comprendre qu'il était bel et bien attaché. Le stresse était palpable et une certaine peur était bien présente à cet instant. L'Insoumis s'arrêta alors, laissant retomber son corps jusqu'à ce que les liens se tendent et le maintiennent en suspension.

Son visage était baissé. Dans un murmure presque inaudible, les lèvres d'Isamu laissèrent s'échapper un petit << Désolé.. >> adressée à Candice. Toutes ses pensées étaient tournées vers la demoiselle. Où était-elle ? Était-elle encore en vie ? Il s'en voulait. Plus que tout. Le seul espoir qu'il restait était que Vinur parvienne à la sauver... Mais pouvait-il réellement espérer cela ? Pouvait-il croire cet homme ? Cet homme qui s'était enfui ?... Est-ce que tout cela était un coup monté de l'homme masqué visant à prendre le contrôle des Insoumis ? Ou.. imaginer cela n'était pas qu'une excuse pour ne pas assumer avoir merdé sur toute la ligne ? Isamu le savait, il ne pouvait s'en vouloir qu'à lui.

Est-ce que tout était fini pour lui ? Toutes ses promesses faites à ces personnes qui l'avaient suivis aveuglement... cette promesse faite à Thibalt ? Non, c'était impossible. Pas déjà. Tant de personnes comptaient sur lui. S'il y avait bien une chose dont il n'avait pas le droit, c'était de baisser les bras. Repensant à tout cela, Isamu ressentit comme un feu ardent reprendre vie au fond de lui.

L'Insoumis utilisa alors ses pouvoirs télékinétiques et tenta de briser les chaînes qui l'emprisonnaient. Le métal semblait plié sous la force exercée dessus mais, tout comme les barreaux, un sceau empêchait tout pouvoir de les briser. Isamu tenta alors de toutes ses forces, à de nombreuses reprises. Son pouvoir était presque palpable. La poussière de la cellule s'était mis à flotter, comme en apesanteur, au rythme des clinquements provoqués par les chaînes qui n'étaient décidément pas prête de céder. L'homme s'arrêta alors lorsqu'il sentit un goût de fer sur sa lèvre supérieur. Du sang ? C'est alors qu'il repensa à ce que Vinur lui avait fait. Cela expliquait pourquoi il n'avait mal nul part malgré sa position. Cela expliquait pourquoi il ne sentait aucune barrière dans son esprit. Prenant en compte ce fait, Isamu s'essaya à une approche plus physique du problème.

Il tourna alors ses poignets pour saisir les chaînes l'emprisonnant et s'appuya dessus pour reprendre une posture la plus droite possible Chose faite, il se lança en avant de tout son poids. Les chaînes arrêtèrent la chute dans un violent vacarme mais elles ne cédèrent pas sous l'effort, malgré les répétitions. Isamu n'était pas assez lourd et n'avait, surtout, pas assez de force pour se libérer physiquement.

Face à ce deuxième échec, l'Insoumis se calma et tenta de réfléchir... Comment pouvait-il se défaire de ses liens ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnages
Faction: Église blanche
Métier: Directeur du théâtre
Pouvoirs:
Anciens
Anciens
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 03/06/2017
MessageSujet: Re: En quête de rédemption [ft. Le Magicien] Mar 11 Juil - 12:26
En quête d'un Insoumis

Dans la vie, je pense très honnêtement (et c'est rare de ma part) que l'on peut dresser deux catégories : la catégorie des choses qui en valent la peine, et la catégorie des choses qui n'en valent peut-être pas tant la peine que ça.

Je m'essplique. Les choses qui en valent la peine, c'est par exemple… euh… sortir de chez soi où l'on s'ennuie pour aller manger un bon repas sur le port ! Ça nous fait sortir, on se dépense un peu (et on dépense beaucoup surtout…) et on passe un bon moment. Id est, ça en vaut la peine.

Alors commencer une collection d'alligators, ça, ça n'en vaut pas tant la peine que ça. Ça mord, c'est agressif, ça se laisse pas faire. Bref, ça n'en vaut pas la peine.

ET ÇA, J'AURAIS BIEN AIMÉ QU'ON ME LE DISE ! PARCE QUE J'AURAIS PAS PERDU DIX JOURS DE MA VIE À ESSAYER DE COLLECTIONNER DES ALLIGATORS !

Remarquez, je savais d'avance que c'était un idée complètement stupide et irrationnelle mais puisque mon Pontife de beau-père avait décidé de me contredire là-dessus, je ne pouvais que tenter de le contrarier. Je veux dire… qui ne voudrait pas contrarier sa belle-famille, hein ?

En vrai ?

Non mais sérieusement, là, on parle sérieusement. Qui n'a jamais eu envie de dire "Belle-maman, tu me casses les bonbons, voici un aller simple pour un volcan en éruption, amuse-toi bien" ? QUI n'a jamais eu envie de dire "Beau-frère, tu me casses les bonbons toi aussi, voici un aller simple pour un séjour d'été dans la toundra glacée, et restes-y" ? QUI N'A JAMAIS EU ENVIE DE DIRE À SON PONTIFE DE BEAU-PÈRE "JE VAIS COLLECTIONNER DES ALLIGATORS" ?!

Je m'égare.

En vrai, mon Pontife de beau-père, depuis quelques temps, il me casse les bonbons, les sucettes, les tirlibibis, les tout ce que tu veux, et de fait, ça se reporte sur mon dragon de femme, qui se défoule sur moi.

Sur moi !

Moi !

Le message n'est pas passé, je crois… j'ai dit MOI ! Moi qui n'ai rien fait ! Moi qui suis innocent comme… euh… comme l'alligator qui vient de naître ! Mauvaise allégorie, l'alligator qui vient de naître est peut-être plus hargneux encore que l'alligator adulte. Je le sais d'expérience, enfin, ma main le sait d'expérience.

Passons ! J'ai ainsi, par conséquence de la voie de fait, comme diraient les meilleurs auteurs que je ne connais pas, pris l'initiative de me faciliter la vie. Si problème il y a à l'Église Blanche, problème il y aura avec mon Pontife de beau-père, problème il y aura avec ma si délicate épousée, et problème il y aura avec ma foutue santé mentale. On est d'accord, il en va de la survie d'un être sain et pur. Relativement. Sain et pur.

Le problème actuel, parmi les millions d'autres problèmes actuels, ce sont les Insoumis. D'après mon beau-pontife de père, ils auraient même chopé le chef des Insoumis (je questionne la logique qu'un insoumis ait un chef, puisque par défaut, un insoumis est… eh bien… insoumis) et l'aurait flanqué dans une cellule. Qui l'eut cru ? Pas moi, en tout cas, mais la mauvaise humeur croissante de ma femme a achevé de me convaincre.

Le libérer ? Mon Pontife-beau de père m'a rétorqué que c'était complètement stupide et irrationnel ! Et si c'est complètement stupide et irrationnel pour lui, ça signifie que c'est quelque chose d'intelligent à accomplir pour moi !

Au début, j'ai pensé m'infiltrer dans la cathédrale. Yep. Je me suis déguisé en livreur, et je suis venu livrer un alligator. Ça marche à tous les coups.

Bon…

Les gardes m'ont reconnu (je suis quand même le mari de la fille du chef !) et m'ont laissé passer, mais je suspecte qu'ils ont joué le jeu pour me faire plaisir.

Déguisé ainsi, je m'aventure dans les geôles, et m'arrête devant chaque cellule en demandant si ici, c'est bien le chef des Insoumis. Moi, je ne le trouve pas et je désespère, et mon alligator, lui, ça le fatigue. Noémie, je l'ai appelé. Noémie l'alligator. Hé hé. Noémie. L'alligator.

C'est marrant parce que ça n'a aucun sens.

À ce que je suppose être la 403ème cellule, je décide de prendre une pause. Je pose l'alligator par terre, qui commence à s'en griller et moi, j'ôte mon chapeau et je m'essuie le front.

— Eh, toi… halèté-je, c'est… huf… huf… c'est toi, le chef des Insoumis ?

Si tu me dis pas oui, toi, je te crame ta famille.


Avec le Magicien, dans le rôle du livreur d'alligator :
Avec Isamu Kazunaga, dans le rôle de c'est-toi-le-chef-des-Insoumis-? :

©City pub

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: En quête de rédemption [ft. Le Magicien] Mar 11 Juil - 14:30

En quête de rédemption
ft. Le Magicien
_________________________________________________

Les minutes se suivirent, toutes plus longues que la précédente. Le temps sembla presque s’arrêta pour l’homme qui se tenait là, soutenu par ses liens qui écorchaient de plus en plus sa beau blanchâtre que le sang commençait à souiller. La situation était critique. Qu’elle soit psychique ou physique, la force d’Isamu n’était pas suffisante à détruire les chaînes l’emprisonnant.

Il était très difficile pour Isamu de se concentrer. En effet, les autres pensionnaires du lieu ne cessaient de faire des commentaires sur ce dernier. Les ignorer n’était donc pas chose aisée et il devenait même compliquer de s’entendre penser soi-même. Toutefois, le bruit métallique du verrou de la porte créa un silence ecclésiastique dans la prison. Isamu releva légèrement le visage et le pencha sur le côté pour tendre l’oreille. La porte claqua après un bref silence et des bruits de pas résonnèrent sur le sol froid du sous-sol. La marche était fréquemment interrompue, le temps de quelques secondes, avant de reprendre. Au fur et à mesure de l’approche, Isamu arrivait à entendre des murmures qui prenaient place entre les séquences de pas. De plus en plus audible, il arrivait même à percevoir une sorte de respiration profonde, quasi gutturale. Un animal ?

La peur était revenue. Qui pouvait bien être cette personne ? Que cherchait-elle ? Le cœur d’Isamu frappait avec force sa cage thoracique tandis que sa gorge s’asséchait sous la respiration incontrôlée du jeune homme. Après quelques minutes, c’est devant sa cellule que les bruits de pas s’arrêtèrent.

- « Eh, toi… c'est… huf… huf… c'est toi, le chef des Insoumis ? »

Isamu resta dans un premier temps silencieux, essayant de reconnaître la voix du mystérieux personnage. Mais impossible. Cette personne lui était totalement inconnue. Sans lui laisser le temps de passer à la cellule suivante, l’Insoumis répondit alors :

- « Oui, c’est moi… »

- « Non c’est moi, ne l’écoute pas, ce déchet ferait tout pour qu’on l’aide ! »

Isamu reconnu la voix de son voisin de cellule. Une voix agaçante qu’il avait entendu se plaindre depuis qu’il avait repris conscience.

- « Viens par ici et dis-moi ce que tu me veux mon beau… »

Le vrai Insoumis usa alors de ses pouvoirs pour frapper avec violence le mur en commun avec l’usurpateur. Un bruit sourd résonna alors dans tout l’étage alors qu’un nuage de poussière  avait noyé la geôle du malandrin. Le choc sembla énerver une chose qui semblait effectivement être un animal. L’homme était accompagné. L’animal en question n’était pas évident à identifier. Un crocodile ? Non, ce serait insensé… ? Enfin bref.

L’attention de l’inconnu reprise, Isamu s’exprima une nouvelle fois.

- « Je suis Isamu Kazunaga. Que me veux-tu ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnages
Faction: Église blanche
Métier: Directeur du théâtre
Pouvoirs:
Anciens
Anciens
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 03/06/2017
MessageSujet: Re: En quête de rédemption [ft. Le Magicien] Mer 12 Juil - 13:40
En quête d'un pacte

— Oui, c'est moi…

Oui, c'est lui !

— Non, c'est moi.

Non, c'est lui ! Hein, quoi ?

— Ne l'écoute pas, ce déchet ferait tout pour qu'on l'aide !

Aider ? Je crois qu'il y a un malentendu. Je ne suis que pour causer des problèmes à mon salaud de beau-père. Le reste, je m'en balance. Que ce soit l'un ou l'autre, ça m'est égal, mais il ne peut y en avoir qu'un qui sortira d'ici libre ! Ceci dit, je m'étonne soudain que personne jusqu'ici n'ait dit qu'il était l'Insoumis. J'imagine de là la galère de devoir faire le tri…

Ooooh, je pourrais organiser un combat de gladiateurs, ça serait tellement sympa… Je…

— Viens par ici et dis-moi ce que tu me veux mon beau…

Oh mais il va la fermer, oui ! Mon cœur est déjà pris, je te ferai dire !

Une vibration sourde secoue les murs et un nuage de poussière tombe sur le deuxième gars. Ah. D'habitude, je contrôle quand je fais ce genre de truc. Serais-je devenu incontinent ? Oh oh oh ! Incontinent de l'omnipotence ! Incontipotent ! Boumatchaka, Noémie, va de suite me déposer l'usage de ce néologisme !

Noémie secoue la tête.

Foutu alligator.

— Je suis Isamu Kazunaga. Que me veux-tu ?

Je suis surpris.

— Moi ? Absolument rien. Mais alors carrément, vraiment, totalement rien, bonhomme.

Je l'examine un peu du regard, l'asticot. Je m'accroupis. Il a les yeux bandés. Mince alors.

— Bon, on va la faire courte, car je n'ai pas envie de passer plus de temps que nécessaire ici, et j'ai certainement pas envie de me faire gauler à aider un mecton de ton calibre. On me nomme le Magicien, et je suis comme qui dirait un faiseur de miracles. Tu vois ce que c'est, un faiseur de miracles ?

C'est marrant parce qu'il a les yeux bandés.

— C'est un peu, comme, dans ton monde, un… comment t'appellerais ça… Un génie de la lampe. Tu vois le genre ?

C'est toujours marrant parce qu'il a toujours les yeux bandés. L'ironie n'échappe pas à Noémie, qui ricane bêtement. Je lui gratouille le sommet de la tête, il me pince les doigts dans ses mâchoires et je pousse un petit gémissement.

— Bref, je suis là pour te sortir d'ici. J'en ai la capacité, j'en ai la possibilité technique. Et tactique aussi. Bon, par contre, bien évidemment, ça ne sera pas gratuit. Qu'est-ce que tu veux que je dise, on doit tous manger à un moment ! Alors, qu'est-ce que tu en dis ?


Avec le Magicien, dans le rôle du Magicien interloqué :
Avec Isamu Kazunaga, dans le rôle de c'est-bien-lui-le-chef-des-Insoumis :

©City pub

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: En quête de rédemption [ft. Le Magicien] Mer 12 Juil - 17:38

En quête de rédemption
ft. Le Magicien
_________________________________________________

La chance semblait enfin sourire à l’Insoumis. Enfin, il ne fallait pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tuer. Aussi énigmatique qu’étrange, l’homme qui se tenait là, de l’autre côté des barreaux, semblait être la carte « Sortie de Prison » d’Isamu.

Après avoir fait taire son voisin de chambre, le japonais avait confirmé son identité à l’homme dont l’animal de compagnie semblait fort particulier. Pas de jugement, les reptiles sont peut-être très affectueux, qui sait. Quoi qu’il en soit, Isamu avait pris un certain risque en s’identifiant de la sorte. C’était 50/50. L’homme était peut-être un bourreau… auquel cas laisser la parole à cet imbécile d’à côté aurait été plus judicieux. Dans tous les cas, l’Insoumis ne voulait pas que quelqu’un paie la note à sa place. Il voulait encore moins que quelqu’un lui vole son évasion et visiblement, c’est bien de ça dont il était question.

« Moi ? Absolument rien. Mais alors carrément, vraiment, totalement rien, bonhomme. »

Décidément, il était difficile de comprendre les intentions de cet individu plus farfelu qu’étrange.

« Bon, on va la faire courte, car je n'ai pas envie de passer plus de temps que nécessaire ici, et j'ai certainement pas envie de me faire gauler à aider un mecton de ton calibre. On me nomme le Magicien, et je suis comme qui dirait un faiseur de miracles. Tu vois ce que c'est, un faiseur de miracles ? »

Toujours bandé, Isamu se contentait de relever le visage en direction de la voix qu’il entendait. Le Magicien ? Drôle d’appellation mais pourquoi pas. Le seul tour de magie qu’Isamu voulait voir c’était celui lui permettant de se retrouver de l’autre côté des barreaux…

« Bref, je suis là pour te sortir d'ici. J'en ai la capacité, j'en ai la possibilité technique. Et tactique aussi. Bon, par contre, bien évidemment, ça ne sera pas gratuit. Qu'est-ce que tu veux que je dise, on doit tous manger à un moment ! Alors, qu'est-ce que tu en dis ? »

Evidemment. Bien sûr. Nous avions parlé de chance au début ? J’ai plutôt l’impression que l’ours cherche à mordre. L’Insoumis, perplexe, se trouvait alors dans une situation particulièrement inconfortable. Et nous ne parlons pas là du fait qu’il était suspendu à des chaînes froides lui déchirant la peau mais bien de la proposition du fameux Magicien. Quoi que.

« Dans mes souvenirs, le génie de la lampe accorde trois vœux sans demander quoi que ce soit non ? »

Posant sa question, Isamu se tortilla en s’appuyant sur les chaînes le maintenant pour se remettre le plus droit possible. Puis il reprit :

« Mais je ne pense pas que je sois bien placé pour faire ma princesse… surtout quand un brave prince vient pour me délivrer. Qu’attends-tu de moi Magicien ? »

L’inconnu avait piqué la curiosité de l’Insoumis en plein cœur. Il était si étrange, si loufoque… Qui pouvait-il vraiment être ? Et que voulait-il à l’Insoumis ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnages
Faction: Église blanche
Métier: Directeur du théâtre
Pouvoirs:
Anciens
Anciens
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 03/06/2017
MessageSujet: Re: En quête de rédemption [ft. Le Magicien] Jeu 13 Juil - 20:08
En quête d'une réponse

— Dans mes souvenirs, le génie de la lampe accorde trois vœux sans demander quoi que ce soit, non ?

Non. Dans ce qu'on m'a raconté, le génie accorde trois vœux parce qu'il est libéré de sa prison de lampe. C'est une récompense, bonhomme, vois-tu, et moi, là, je t'accorde pas la récompense, c'est toi qui vas me l'accorder parce que je te sors de TA prison.

Une minute…

Ne serait-ce pas lui, le génie, au bout du compte ? Wowowowow, j'ai l'impression que ma vie entière vient d'être remise en cause…

— Mais je ne pense pas que je sois bien placé pour faire ma princesse… surtout quand un brave prince vient pour me délivrer.

Vil flatteur. Ce n'est pas en disant cela que tu obtiendras une réduction, canaillou.

— Qu'attends-tu de moi, Magicien ?
— Eh bien je…


Euh…

Je… n'y avais pas réfléchi, tiens. Mais c'est tout moi, ça ! Je suis dans l'instant ! Dans l'immédiat ! Dans la résolution du moment présent ! Comment aurais-je pu prévoir cette question, moi ? Comment aurais-je pu, su, dû, voulu anticiper une telle interrogation de la part d'un vermisseau à peine capable de parler, à peine capable de marcher, à peine capable de réfléchir ?

Oui, Monsieur ! Oui, Madame ! Je ne suis qu'un homme de théâtre, moi ! Je ne peux calculer X mois à l'avance ce que X bonhomme dans X cellule me sortira à cette occasion précise !

— J'y réfléchirai plus tard, concédé-je. Un jour, je viendrai te demander un service, c'est tout. Un service contre un service ! Quoi de plus équitable ? Bien sûr, ça ne sera pas démesuré, non. Je te sors de prison et je te sauve d'une exécution certaine, ce n'est qu'une trivialité, après tout. Qu'est-ce que t'en dis ? Tope-la ou tope-la pas ? Si tu la topes, je vais chercher la clé.

Et j'irai la chercher même s'il ne la tope pas, à vrai dire, car j'ai vraiment, vraiment, vraiment besoin qu'il dégage d'ici pour retrouver la paix sous mon toit. Aaaaah je vois déjà mes pantoufles, mon fauteuil douillet, ma pipe aux lèvres et ma sérénité retrouvée.


Avec le Magicien, dans le rôle de la crise existentielle :
Avec Isamu Kazunaga, dans le rôle du génie de la lampe :

©City pub

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: En quête de rédemption [ft. Le Magicien] Lun 17 Juil - 11:09

En quête de rédemption
ft. Le Magicien
_________________________________________________

Mais qui était cet homme ? D’où venait-il ? De quelle planète même ? Voici les questions que se bousculaient dans l’esprit de l’Insoumis face à cet inconnu qui semblait être là pour le libéré. Les adjectifs de manquaient pas : Louche ? Étrange ? Mystérieux ? Déluré ? Fou ? Machiavélique ? L’homme qui se faisait appelé « Le Magicien » était une énigme à lui seul. De plus, le bandage sur les yeux de l’Insoumis ne faisait qu’intensifier la mystification du bonhomme.

Sans sarcasme, ni ironique voir condescendance, Isamu avait pris un ton quelques peu joueur avec l’homme venu pour le libéré. Cela contrastait particulièrement avec sa situation mais il était difficile de rester silencieux devant le ton employé par l’illustre inconnu.

Sa libération allait avoir un prix. Apprendre cela ne fut pas une réelle surprise pour l’Insoumis qui se satisfaisait déjà d’avoir le droit à cette proposition. Après une petite boutade, Isamu en vint au vif du sujet et demanda alors au Magicien le prix de sa bonne action. L’homme en question sembla alors quelques peu perdu face à l’interrogation. N’avait-il rien en tête ? Ce fait surpris alors quelques peu Isamu. Était-il possible qu’un homme descende jusque dans les geôles de la Cathédrale pour délivrer sa carcasse sans avoir décider du prix préalablement ? Oui, c’était possible Monsieur.

« J'y réfléchirai plus tard, concédé-je. Un jour, je viendrai te demander un service, c'est tout. Un service contre un service ! Quoi de plus équitable ? Bien sûr, ça ne sera pas démesuré, non. Je te sors de prison et je te sauve d'une exécution certaine, ce n'est qu'une trivialité, après tout. Qu'est-ce que t'en dis ? Tope-la ou tope-la pas ? Si tu la topes, je vais chercher la clé. »

Cette réponse pouvait être comprise de plusieurs manières. Soit l’homme avait une idée en tête mais cela allait attendre, soit c’était une façon de gagner du temps. Méfiant, Isamu n’exclue pas tout de suite le premier scénario. Toutefois, tout semblait plutôt pointer sur la deuxième option.
Le marché ne plaisait pas trop à Isamu. Avoir une dette sur les épaules, avec un type pareille, c’était semblable à une épée de Damoclès au-dessus de la tête. De plus, cette dette sur le long terme allait permettre au Magicien de bien y réfléchir… enfin, pas sûr, mais c’était possible. Mais malheureusement pour Isamu, c’était la seule issue possible. Le temps lui manquait cruellement. Il fallait s’échapper d’ici, retrouver Candice et Vinur…

Après un bref instant de réflexion, le visage d’Isamu se leva pour se tourner vers sa main gauche qu’il agita en l’air puis sa main droite.

« J’aimerais bien toper-là. Prends ça pour un oui si tu le veux bien. »

Il ajouta ensuite, par curiosité :

« Comment comptes-tu me faire sortir Magicien ? Possèdes-tu les clés de cette prison ? »


[HRP : Désolé, je fais pas trop avancé le RP, j’attends que tu me libères !]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnages
Faction: Église blanche
Métier: Directeur du théâtre
Pouvoirs:
Anciens
Anciens
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 03/06/2017
MessageSujet: Re: En quête de rédemption [ft. Le Magicien] Mer 19 Juil - 17:14
En quête de clés

— J'aimerais bien toper-la. Prends ça pour un oui si tu veux bien.

Oooooh je le prends comme un "oh oui !" même. C'est parfait.

— Comment comptes-tu me faire sortir, Magicien ? Possèdes-tu les clés de cette prison ?

Excellente question, qui mérite une réponse totalement stupide, d'autant qu'une réponse honnête pourrait m'aliéner mon bouffon bientôt libre. Eh oui, si je lui dis que oui, il peut peut-être être (héhé, z'avez noté la qualité de rédaction, mine de ?) réticent et me prendre pour un bourreau. Pire, un tortionnaire. Pire… un bureaucrate. PIRE ENCORE : MON BONHEUR DE FEMME.

Non non non non, cette interrogation ne demande (hé hé, z'avez noté la qualité de rédaction, mine de ? Hein ?) qu'une réponse inexacte quoiqu'exacte. Un juste milieu, en somme.

— Je vais les avoir dans… mettons… cinq ou dix minutes. Elles ne devraient pas tarder à se ramener d'elles-mêmes. Vois-tu, la liberté commence là où l'ignorance finit. Mais ce qu'on ne dit pas, cher Amisamu (NOTEZ-MOI CETTE QUALITÉ DE RÉDACTION !), c'est que la liberté, il faut d'abord la tirer du coaltar.

Et quand on parle du loup, le voilà qui montre sa tête de chat. Ha ha… tête de chat… c'est intrinsèquement marrant, comme expression… Tête de chat.

L'avantage de bosser à temp partiel (eh oui, il est partiel, donc pas complet) pour l'Église Blanche, c'est de bosser à temps plein (vous saisissez la subtilité ?) pour mon bonheur de femme qui est, elle-même, à temps pleine, la fille de son Pontife de père qui, au cas où je ne l'aurais pas précisé, est également, par la voie de fait, mon Pontife de beau-père. Ainsi, je sais beaucoup de choses qu'il y a à savoir dans le coin, entre autres, les patrouilles de gardes.

Sitôt que le garde-chiourme se rapplique dans les parages, Noémie surgit, lui fait une magnifique prise de pugilat qui l'immobilise, et m'envoie la clé d'un coup de queue. Comment il a fait, ne me demandez pas, je n'ai aucun mot pour écrire le déroulement de la chose. De la situation, je veux dire. Pas de la queue. Je… hum… Je vais me hâter, moi…

Je me saisis d'une première clé, je l'insère dans la serrure, ça s'ouvre, bingo, on s'extasiera plus tard, j'ouvre la porte grillagée, j'entre dans la cellule, je me saisi d'une seconde clé, je l'insère dans les menottes au niveau des papattes et des mimines, ça s'ouvre, bingo, on s'extasiera plus tard, je lui enlève son bandeau sur les yeux, je me saisis d'une troisième clé, je l'insère dans…

OH SEIGNEUR SHËN TOUT PUISSANT STOP !

Ouf.

On a évité la catastrophe, là. J'AI évité la catastrophe, là. Ouais parce que pour compter sur l'autre Isasticot, bonjour, hein. Il aurait pu me prévenir que j'allais l'éborgner, aussi. Zéro esprit d'initiative, bienvenue chez les Insoumis !

— Te voilà libre, libre, libre, mon ami ni pote ni soumis ! Bon, il y a un dernier petit détail à régler.

Je rajuste mon chapeau sur ma tête. Soyons présentable, soyons présentable !

— Pour sceller notre accord, il faut un geste. Et ce geste c'est, tu l'auras deviné : une bonne grosse galoche. Sur la bouche. Sinon notre accord ne tiendra pas.

Je m'appuie d'une main sur le mur derrière lui, je hausse les sourcils, et de ma main libre je me passe un coup de rouge à lèvres sur… ben sur les lèvres. Pardi.

— T'es prêt ? Et avec la langue, je te prie !


Avec le Magicien, dans le rôle du Prince charmant :
Avec Isamu Kazunaga, dans le rôle de la Princesse charmée :

©City pub

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: En quête de rédemption [ft. Le Magicien] Jeu 20 Juil - 19:45

En quête de rédemption
ft. Le Magicien
_________________________________________________
Encore une fois bien désavantagé dans les négociations, ça devient une sale habitude, Isamu accepta les conditions de son sauveur : La liberté contre un service. Le souci, c’était que le service en question était encore un mystère. Plus inquiétant même, c’était que ce mystère l’était surement autant pour l’Insoumis que le Magicien. Mais bon, quand on n’a pas le choix…

Le tunnel de la liberté étant enfin éclairé par cette lueur aux airs… loufoques, Isamu s’intéressa un peu plus au personnage qui se tenait devant lui. Premier point : Comment allait-il le libérer ? La cellule était probablement scellée par une magie, ou quoi que ce soit dont les attributs étaient flous, qui immunisait la geôle aux pouvoirs externes... L’homme avait-il aussi suivi un stage de cambriolage lui permettant d’ouvrir cette cellule à l’aide d’un surin ? La réponse se fit attendre un très bref instant, mais assez pour laisser supposer qu’elle imposa un peu de réflexion à son auteur.

— Je vais les avoir dans… mettons… cinq ou dix minutes. Elles ne devraient pas tarder à se ramener d'elles-mêmes. Vois-tu, la liberté commence là où l'ignorance finit. Mais ce qu'on ne dit pas, cher Amisamu c'est que la liberté, il faut d'abord la tirer du coaltar.

Que voulait-il dire par là ? Tout comme les clés, la réponse allait venir d’elle-même. Un bruit retentit à l’autre bout de l’étage. La porte claqua avant que des bruits de pas ne résonnent sur le sol, accompagnés par un sifflement enjoué. Ce qui se passa ensuite est un peu difficile à décrire. Déjà parce qu’Isamu ne pouvait toujours pas visualiser la scène mais surtout car cela paraissait surréaliste. Les bruits laissèrent néanmoins l’Insoumis imaginer que l’animal accompagnant son Prince Charmant avait attaqué l’individu, probablement un garde, pour lui prendre les clés. Même dans un cirque, on n’y croirait pas.

Le premier verrou, celui de la porte, s’ouvrit et Isamu sentit son cœur s’accélérer. L’homme allait-il l’attaquer ? Les pas s’approchèrent de plus en plus jusqu’à s’arrêter au nez du prisonnier. Le Magicien ne montra aucune agressivité envers l’Insoumis et s’attela simplement à le libéré de ses chaînes. Une fois le bandeau retiré, Isamu se frotta les yeux avant de les plisser. La simple lumière des geôles lui faisait mal. Sa vue était quelques peu troublée et il fallut quelques instant pour l’Insoumis avant que la mise au point ne se fasse complètement et qu’il ne se relève.

Une fois debout, Isamu tourna son regard vers le Magicien pour en découvrir enfin l’apparence. C’était un homme, sans déconner, plutôt grand dont l’apparence collait avec le personnage. Était-il déguisé ? En livreur ? C’était étrange. Il portait sur la tête un haut de forme lui donnant des airs de bourgeoisie. Accoudé dans une position gênante, le Prince s’exprima alors.

— Pour sceller notre accord, il faut un geste. Et ce geste c'est, tu l'auras deviné : une bonne grosse galoche. Sur la bouche. Sinon notre accord ne tiendra pas. T'es prêt ? Et avec la langue, je te prie !

Quoi ? Hein ? Mais vraiment ? La tête d’Isamu laissa clairement transparaître sa surprise. Qu’avait-il sur les lèvres ? Du rouge à lèvres ? Vraiment ? L’Insoumis s’écarta d’un pas pour mettre un peu plus de distance avec le Magicien, il regarda ses mains rougit par le sang qui avait coulé de ses blessures et leva la droite en direction de son interlocuteur.

Isamu ressentait une sensation étrange. C’était semblable à lorsqu’il était saoule. Toutes les barrières de son esprit semblaient grandes ouvertes. Il le savait, dans un cas comme celui-ci, contrôler son pouvoir était particulièrement difficile. C’était soit trop, soit pas assez. Jauger un juste milieu était relativement difficile. Mais bon, avec de la chance, il n’allait pas écraser son libérateur.

L’Insoumis tourna alors sa main afin que la paume soit en direction du haut. Au même moment, les pieds du Magicien quittèrent le sol pour s’élever à environ un mètre du sol. D’un coup sec, Isamu tourna une nouvelle fois sa main pour que la paume soit face au Magicien. Le corps de ce dernier fut alors plaquer contre le mur. En temps normal, ce genre de spectacle était faisable avec les yeux fermés. Mais même s’il essayait de le cacher, Isamu devait faire preuve d’énormément de concentration.

Isamu n’oublia pas les prouesses de l’animal dont l’espèce était désormais identifié, un alligator, oui oui, et ferma la porte pour empêcher la bête de pénétrer dans la cellule.

« Ne m’en veux pas Magicien mais je n’embrasse pas le premier soir. Je préfère qu’on prenne le temps de se connaître un peu plus si tu veux bien ? J’ai plein de question à te poser. »

Isamu s’approcha alors de l’étrange bonhomme tout en gardant une certaine distance de sécurité. Sa main droite s’était mise à la verticale, paume légèrement ouverte comme s’il tenait quelques choses. L’Insoumis referma doucement ses doigts pour faire comprendre à son sauveur qu’il pouvait l’étrangler en cas d’attaque. Bien évidemment, il n’avait aucunement envie de blesser l’homme qui se tenait là. Toutefois, trop de questions méritaient une réponse…

« Alors… J’aimerais savoir comment as-tu réussi à venir jusqu’ici ? Je trouve étrange qu’un homme comme toi puisse s’infiltrer dans un des lieux les plus protéger de Satkaon et ce, avec un alligator sous le bras. Je me demande alors si tu n’es simplement pas du coin ? Le souci, c’est que si t’es du coin… quelles sont les motivations qui te poussent à me libérer ? A part t’attirer les foudres de ce cher Pontife… Pourquoi ? Oh… Tu l’auras ton service, mais avant ça, je veux savoir à qui j’ai affaire. »

Indéniablement, Isamu sentait son étreinte diminuer peu à peu… retenir son pouvoir tout en le gardant assez fort était une chose bien difficile…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnages
Faction: Église blanche
Métier: Directeur du théâtre
Pouvoirs:
Anciens
Anciens
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 03/06/2017
MessageSujet: Re: En quête de rédemption [ft. Le Magicien] Sam 22 Juil - 2:13
En quête de EH !

Mes avances ne sont pas du goût de mon nouvel ami. Il se braque. Il me braque ! Il me soulève du sol par la force de sa pensée (oouuh, sexy, j'aime les hommes intelligents !) et me plaque contre le mur.

Je te souligne, lecteur avisé, la douleur que cela me provoque. Aïe aïe aïe, que je souffre. Que j'ai mal. Que je souffre. DAMNATION ! Une répétition !

Et voilà qu'il referme la porte de la cellule pour sceller Noémie à l'extérieur. Goujat ! Malotru !

— Ne m'en veux pas, Magicien, mais je n'embrasse pas le premier soir. Je préfère qu'on prenne le temps de se connaître un peu plus si tu veux bien ? J'ai plein de questions à te poser.

HA ! Je ris intérieurement ! La seule personne autorisée à me poser des questions, c'est mon bonheur de femme !

Bien que les questions se répètent un peu, quand même… Ça tourne souvent autour de "QU'EST-CE QUE TU FAISAIS, IDIOT ?!" ou bien "OÙ T'ÉTAIS HIER SOIR, FICHTRE DE MARI ?!" ou encore, ma favorite, "COMMENT ÇA, JE SUIS COMME MON PÈRE ?!".

C'est moi, ou il me menace, l'Isasticot, là ? Je rêve ? J'hallucine ? Et en haute définition, rien que ça !

— Alors… J’aimerais savoir comment as-tu réussi à venir jusqu’ici ?

En passant par la porte d'entrée. Comme tout le monde. MÊME TOI TU ES PASSÉ PAR LA PORTE D'ENTRÉE, TOCARD !

— Je trouve étrange qu’un homme comme toi puisse s’infiltrer dans un des lieux les plus protégés de Satkaon et ce, avec un alligator sous le bras.

Je voulais bien le prendre par la main, mais ç'aurait été quand même vachement plus lent, et à ce rythme-là, on en serait encore à la maison. Enfin, au théâtre.

— Je me demande alors si tu n’es simplement pas du coin ?

Je suis du coin. Comme tout le monde. ON EST TOUS DU COIN PUISQUE LE COIN C'EST SATKAON, TOCARD !

— Le souci, c’est que si t’es du coin… quelles sont les motivations qui te poussent à me libérer ? À part t’attirer les foudres de ce cher Pontife…

Exactement ça. Les foudres, elles sont déjà attirées, je ne fais que justifier leur orientation vers mon auguste personne. En quoi est-ce un mal ?

— Pourquoi ? Oh… Tu l’auras ton service, mais avant ça, je veux savoir à qui j’ai affaire.

Je laisse échapper un petit ricanement malgré moi. Il est trop mignon, c'est Isamu, quand il fait l'idiot ! Non attendez, attendez, attends, attends, là… Il est sérieux, en fait. Il est sérieux en fait ? Bon Shën il est sérieux en fait. Eh, gamin, ton clan, ça s'appelle les Insoumis, pas les Paranos ! Remarque, un insoumis est paranoïaque. Et le paranoïaque est naturellement insoumis. LA VÉRITÉ ÉCLATE ENFIN AU GRAND JOUR !

— Fils… Je suis le Magicien ! Ça ne se voit pas ?

Je montre le chapeau du bout du doigt.

— Tu me crois pas ? Démonstration immédiate ! J'aime les représentations impromptues !

J'ôte le chapeau de ma tête et… attends une minute, c'est un brin inconfortable, ici. Je remets mon chapeau, je me décolle du mur, je pose les pieds à terre, j'enlève à nouveau mon couvre-chef, et j'en extirpe, je te mens pas fiston, le plus beau merlan que j'ai jamais vu ! Le merlan tombe au sol, et salue l'Insoumis d'un revers de la queue, avant de replonger dans le chapeau d'un magnifique salto avant.

— Qui je suis ? Je ne suis pas une demoiselle en détresse ! Je ne suis pas ta petite amie ou la princesse effrayée ! Je ne suis pas un petit oiseau qui a besoin de ton aide pour s'envoler ! Non ! Je suis le méchant ! Quoique, à la réflexion… Je ne suis pas le méchant, je suis juste un peu surprenant. Ça ne vaut pas la peine de perdre ton sommeil, et ça ne vaut pas la peine de m'analyser. Il fut un temps, pas si lointain, où j'étais juste comme toi. Est-ce que tu me comprends ?

Manifestement, non. Pour ne pas vexer mon nouvel ami, j'entreprends de me recoller au mur, dans la position identiquement désagréable qu'il m'avait imposée. Un charmant garçon, en vérité, ce p'tisamu.

— La réalité, charmant garçon que tu es en vérité mon p'tisamu, c'est que tu vas m'embrasser. Sur la bouche. ET avec la langue, j'insiste. T'es mignon quand tu veux, Isamu, mais moi j'ai autre chose à faire que perdre mon temps ici. Si t'es pas intéressé, tu restes ici et je m'en vais. Mais réfléchis bien, garçon, car je peux te donner absolument tout ce dont tu as envie. Si tu y mets le prix. L'argent, le pouvoir, les femmes… La liberté ! Franchement, pour y accéder, un p'tit bisou, c'est pas bien cher payé. Si ? Non ! Sinon je ne proposerais pas un p'tit bisou, mais une satanée statue à mon effigie !

Excellente suggestion.

— De plus… ce n'est pas exactement comme si tu pouvais me retenir ici contre mon gré, garçon. Démonstration ? Démonstration ! À la demande générale du public composé de moi-même !

La porte de la cellule s'ouvre avec fracas. Noémie bondit sur le p'tisamu et l'écrase alors de tout son poids d'alligator.


Avec le Magicien, dans le rôle du Magicien (duh) :
Avec Isamu Kazunaga, dans le rôle de l'effaroucheur effarouché :

©City pub

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: En quête de rédemption [ft. Le Magicien] Lun 24 Juil - 11:20

En quête de rédemption
ft. Le Magicien
_________________________________________________

Enfin détaché de son mur, Isamu venait de refuser avec délicatesse la douce et romantique proposition du Magicien. Un baiser ? Pour sceller le marché ? Non monsieur, on ne mange pas de ce pain-là. Néanmoins, l’Insoumis était fermement décidé à faire cracher le morceau de la bouche du Magicien, et on ne parle toujours pas de pain pour le coup.

En effets, à peine remis de ses émotions, et encore, Isamu avait usé de ses pouvoirs pour transformer sa cage en salle d’interrogatoire. La manœuvre lui rappela que ses sens étaient altérés, rendant le contrôle de ses pouvoirs particulièrement compliqué. Toutefois, il parvint quand même à percher l’homme au chapeau, tel un tableau de maître, ou une affiche de spectacle, d’un mauvais spectacle, sur le mur froid de la cellule.

L’interrogatoire se concentra principalement sur le personnage du Magicien. La raison de sa présence ici-bas ? Ses motivations ? L’homme était une énigme. Avec un certain recul, Isamu n’était pas sûr de vouloir en apprendre plus sur lui. Toutefois, un homme de Satkaon qui vient lui apporter son aide ? Y avais anguille sous roche. Pis bon, franchement, l’allure du personnage ? Son animal de compagnie ? Non monsieur, ne me faite pas croire que l’Eglise Blanche laisse un homme pareil rentrer dans la Cathédrale, descendre jusqu’à la prison pour libérer la potentielle meilleure prise du Pontife ? Isamu avait assez d’emmerdes pour ne pas s’en rajouter sur les épaules. Il fallait en apprendre plus sur ce type. Tout ça paraissait si… surréaliste ?

Comme vous vous en doutez, le bonhomme ne joua pas le jeu. Se représentant une nouvelle fois sous le nom du « Magicien », l’homme au chapeau quitta l’étreinte de l’Insoumis pour faire sortir un poisson, probablement un merlan, de son couvre-chef. Difficile de dire ce qui choqua le plus Isamu à cet instant. La libération du Magicien ? Sans aucune difficulté précisons. Le coup du poisson ? Mais que se passait-il…

— Qui je suis ? Je ne suis pas une demoiselle en détresse ! Je ne suis pas ta petite amie ou la princesse effrayée ! Je ne suis pas un petit oiseau qui a besoin de ton aide pour s'envoler ! Non ! Je suis le méchant ! Quoique, à la réflexion… Je ne suis pas le méchant, je suis juste un peu surprenant. Ça ne vaut pas la peine de perdre ton sommeil, et ça ne vaut pas la peine de m'analyser. Il fut un temps, pas si lointain, où j'étais juste comme toi. Est-ce que tu me comprends ?

Pour ne pas mentir, Isamu ne comprenait plus grand-chose à cet instant. Il en avait vu des tours de magie mais là… On avait beau être à Satkaon, c’était difficile à croire. Son perchoir repris, le Magicien termina sa tirade :

— La réalité, charmant garçon que tu es en vérité mon p'tisamu, c'est que tu vas m'embrasser. Sur la bouche. ET avec la langue, j'insiste. T'es mignon quand tu veux, Isamu, mais moi j'ai autre chose à faire que perdre mon temps ici. Si t'es pas intéressé, tu restes ici et je m'en vais. Mais réfléchis bien, garçon, car je peux te donner absolument tout ce dont tu as envie. Si tu y mets le prix. L'argent, le pouvoir, les femmes… La liberté ! Franchement, pour y accéder, un p'tit bisou, c'est pas bien cher payé. Si ? Non ! Sinon je ne proposerais pas un p'tit bisou, mais une satanée statue à mon effigie !

Suite à cela, il précisa encore que de toute façon il était impossible pour Isamu de le retenir contre son gré. Et ça. Malheureusement, c’était bien vrai. Les démonstrations faites à l’instant prouvaient bien que le maître ici, c’était bien le Magicien… et cela n’a aucun rapport avec l’alligator qui écrasait désormais Isamu contre le sol. Rendez-vous compte, ce n’est pas léger ces bêtes-là. La poitrine écrasée, c’était avec une certaine difficulté qu’Isamu remplissait d’air ses poumons. Comment était-ce possible ? La porte était fermée non ? Mais… Était-il en train de rêver ? Comment le Magicien pouvait-il faire tout cela ?... Ah moins que…

S’il essaya de se débattre au début, il s’arrêta rapidement pour rester immobile sous l’imposant animal. Après un bref silence, on pouvait alors entendre l’Insoumis rire doucement, puis de plus en plus fort avant qu’il ne s’arrête.

« Bon… »

L’animal sur son dos fut alors propulsé avec violence pour venir s’écraser sur le plafond de la cage où il resta collé. Isamu, qui riait encore tout doucement, se releva alors, s’essuyant la saleté qu’il avait sur le bord de la bouche et regarda le Magicien avec un petit sourire. Il s’approcha alors de ce dernier. A l’aide de son pouvoir, il amena l’homme au chapeau jusqu’à lui et une fois que cela fut possible, l’Insoumis plaqua sa main droite sur nuque du Magicien et rapprocha avec force le visage de ce dernier contre le sien. Les lèvres de deux hommes se collèrent alors et Isamu ne se fit pas attendre pour goulument embrasser la bouche de son Prince charmant. Aucune comédie, il y était allé franco.

Le baiser dura bien une dizaine de seconde, de quoi satisfaire la demande du Magicien. Suite à cela, l’Insoumis fit tourner le Prince autour de lui afin qu’il ne soit plus vers le mur. Isamu s’approcha alors du mur dont il venait de quitter les liens et colla son dos à ce dernier. Les menottes s’élevèrent pour rejoindre les poignets et chevilles de l’Insoumis autour desquels elles se rattachèrent. La bandeau suivit le mouvement et vint se rattacher autour du visage du prisonnier. La position initiale reprise, le sourire quitta les lèvres, rougies par le rouge à lèvres, de l’Insoumis et un air sérieux prit sa place.

« J’ai fait ma part du marché Magicien. A toi de tenir parole maintenant. Et cette fois-ci, libères-moi pour de vrai, s’il te plaît. »

Isamu ne pouvait en être sûr à cent pourcent... mais il était fort probable que tout ce qui venait de se passer n’était qu’une illusion, un tour de magie… En même temps, il avait affaire à un Magicien...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnages
Faction: Église blanche
Métier: Directeur du théâtre
Pouvoirs:
Anciens
Anciens
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 03/06/2017
MessageSujet: Re: En quête de rédemption [ft. Le Magicien] Jeu 27 Juil - 1:00
En quête d'un miaou

Et là, les gars, je vous mens pas : le bozo, v'là t'y pas qu'il commence pas un peu à rigoler ?

J'te jure, Arthur ! Comme je te vois !

Pas. Mauvais exemple. Très mauvais exemple. Reprenons. J'te jure, Arthur ! Comme tu me lis ! Bingo.

Finalement, il se calme, l'Impossible. Quand même. Ça commençait à devenir gênant. Et je vous assure, vous croyez que c'est amusant, vous, d'assister au craquage nerveux d'un pauvre gars quasi-innocent. Ah c'est sale, c'est triste, on aimerait être partout ailleurs sauf là dans des moments pareils. J'te jure, Arthur. Comme je te v… comme tu me lis. HA ! Même pas fait avoir une deuxième fois ! D'habitude je capte au bout de trois coups. C'est qui l'patron ? C'EST L'CHATON !

— Bon…

Tiens, t'as fini ton manège, toi ? Si tu comptes m'avoir au chantage affectif, c'est râpé, mon vieux.

Noémie finit bizarrement au plafond. Je le regarde se dégonfler comme un petit ballon aérien, ce qui est aussi sinistre que marrant. Mon alligator… Tu sais combien de temps j'avais pensé en faire un sac à main pour mon bonheur de femme ? Assez peu, en vérité, car de toute façon, elle n'aurait pas pu l'utiliser, puisqu'elle est immunisée à mes pouvoirs.

Mon épouse a l'imagination d'un haricot vert.

Et là, croivez-moi croivez-moi pas, les bringos (cherche pas, ça n'a aucun sens), mais soudain, l'Insamu, il me roule un de ces patins ! ÇA c'était presque inattendu.

Presque.

Faut pas exagérer, non plus, je suis pas le roi des plans-tiroirs pour rien, hein. Autoproclamé, certes, et j'ai même pris ma couronne des mains du Pontife, mais ne laissons pas ces détails nous arrêter.

Une fois sa corvée réalisée (soyons francs, les enfrants, il y met beaucoup de mauvaise volonté), il me décolle du mur, se laisse rattacher par les chaînes et laisse le bandeau revenir lui bander les yeux.

Euh…

Hein ?

— J'ai fait ma part du marché, Magicien. À toi de tenir parole maintenant. Et cette fois-ci, libère-moi pour de vrai, s'il te plaît.

Alors là, les gars, moi, là, je suis dérouté. Je gratte d'ailleurs ma joue avec déroutement.

Sérieux.

Il a rempli sa part du marché, d'accord. Je vais tenir parole, d'accord. Je vais le libérer pour de vrai, d'accord.

MAIS POURQUOI TU T'ES RATTACHÉ ALORS ?! ÇA VA NOUS FAIRE PERDRE UN TEMPS CONSIDÉRABLE !

Je me serais juste écarté et je t'aurais ouvert la porte !

— C'est embarrassant, soupiré-je enfin. Tu sais, l'Insoumis, t'es mignon mais t'es un p'tit cochon. Tu peux te détacher tout seul, ce n'est pas verrouillé. J'ignore ce que peut bien te trouver Candice, quand même.

J'ouvre la porte de la cellule.

— Après toi, mon adorable contrat. Tout droit jusqu'au matin. Enfin… l'escalier… Je voudrais t'expliquer le chemin, mais je crois que tu seras capable de le retrouver, tu es bien venu par là la première fois. Évidemment, je vais t'accompagner. Il faut bien te protéger des vilaines gens qui pourraient te mettre des bâtons dans les roues.

Je me transforme en chat, lui bondis sur l'épaule, puis sur la tête, ajuste mon chapeau sur la mienne et tends la patte en avant.

— En avant, fidèle destrier !

Le chapeau tombe sur mes épaules félines et m'engloutit sur la tête du p'tisamu. J'te jure, Arthur ! Comme je te vois !



ZUT !


Avec le Magicien, dans le rôle du potichat :
Avec Isamu Kazunaga, dans le rôle de mais-qu'est-ce-qu'il-fabrique-? :

©City pub

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: En quête de rédemption [ft. Le Magicien]
Revenir en haut Aller en bas
En quête de rédemption [ft. Le Magicien]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [UploadHero] Rédemption [DVDRiP]
» Les sentiers de la rédemption [Ambre Natania]
» Les personnages en rédemption
» Redemption RPG
» Rédemption [Background]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Satkaon :: Satkaon :: Temples :: Cathédrale de l'Église Blanche-
Sauter vers: